TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

France

Sites, musées : nouvelles offres en 2019

Catherine Mautalent

Produits. D’Est en Ouest, du Nord au Sud, de nouvelles étapes groupes viendront cette année enrichir l’offre touristique hexagonale. Entre ouvertures, réouvertures, nouveaux parcours de visite, rénovations et agrandissements… Voyages & groupe vous dit tout ou presque!

Amboise (37) : théâtre optique et expérience immersive

2019 marque le 500e anniversaire du décès de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé. A cette occasion seront ouverts au public les ateliers de l’artiste, restitués dans l’esprit d’une boutique typique de la Renaissance. Avec une rencontre immersive entre les visiteurs et Léonard via une production audiovisuelle utilisant la « technologie ghost » ou dite « théâtre optique », qui sera projetée. Au Clos Lucé, toujours, ouvrira à l’automne un espace culturel et muséographique : « Léonard de Vinci, peintre et architecte » dans un ancien bâtiment industriel réhabilité. La visite proposera une expérience immersive animant les 17 chefs-d’œuvre peints ainsi que les dessins du maître, et aussi des maquettes, des tables digitales, des animations 3D, de la réalité virtuelle qui révèleront toutes les études de l’architecte civil, militaire et urbaniste.

Amiens (80) : un « nouveau » musée de Picardie

Fermé depuis 2016, le musée de Picardie rouvrira ses portes à l’automne.  Les travaux ont porté sur la toiture, la construction d’une extension ou encore la rénovation du bâtiment historique. Musée d’art et d’archéologie, il regroupe de riches collections qui vont de la Préhistoire au XXe siècle.

 

Aranc (01) : chantier médiéval

Situé dans les montagnes du Jura, sur le plateau d’Hauteville-Retord au cœur du Bugey, le chantier médiéval de Montcornelles est lancé. Les ateliers des bâtisseurs sont sortis de terre les premiers et dès cet été, le public assistera à la construction de la tour et de la halle marchande. Bûcherons, charpentiers, forgerons, tailleurs transformeront la pierre, le bois, la terre, tout en livrant aux visiteurs le secret des bâtisseurs du Moyen-âge.

 

Azincourt (62): le Centre historique médiéval agrandi, transformé

Dédié à la bataille la plus célèbre de la Guerre de Cent-Ans, le Centre historique médiéval d’Azincourt s’apprête à écrire une nouvelle page de son histoire. Après une transformation en profondeur, le « nouveau » centre ouvrira ses portes en juillet. Les espaces agrandis et les nouveaux équipements scénographiques permettront aux visiteurs de (re) découvrir l’affrontement de 1415, marqué par l’échec cuisant de l’armée du roi de France Charles VI face aux troupes anglaises d’Henri V. Le nouveau centre invitera également à découvrir la vie quotidienne au XVe siècle.

Beaune (21): réouverture de la Maison Champy

Près d’un an de travaux auront été nécessaires. La maison Champy rouvrira les portes de son site historique, en avril. Le public se verra proposer une immersion au sein de la plus ancienne maison de Bourgogne, fondée en 1720, à travers deux offres de visites : une d’une heure trente emmenant dans les caves du XVe siècle suivie d’une dégustation, l’autre de deux heures trente qui s’accompagnera d’une visite de l’atelier œnotouristique.

 

Bergerac (24) : une Maison des Vins et du Tourisme

Les travaux ont commencé depuis septembre 2018, et elle ouvrira ses portes en juin. La Maison des Vins et du Tourisme prendra place dans le Cloître des Récollets au cœur du centre historique de Bergerac, face à son vieux port fluvial. Ce projet a pour objectif de rendre le lieu incontournable pour une « destination vignoble ». Ce nouveau lieu organisera des séances de dégustation et de détente et sera doté, à partir de juin 2020, d’un espace scénographique sur le thème de Cyrano de Bergerac. Un espace qui abordera la notoriété du personnage et la postérité de la pièce, proposera un simulateur de jeux vidéos, des espaces de réalité virtuelle ou encore permettra aux visiteurs de construire un petit poème « express » au niveau de la coursive. S’ajouteront une partie plus scientifique à partir de l’œuvre de Savinien de Cyrano, dit de Bergerac, connu pour avoir inspiré Edmond Rostand, et une autre tournée, elle, sur le monde sensitif des senteurs, transition idéale pour finir sur l’espace de vente des vins de Bergerac et Duras grâce à une table œnologique sur les nuances olfactives. Pour les groupes, qui auront la possibilité de se restaurer sur place, des visites guidées seront proposées avec des séances de dégustation. 

Besançon (25) : un nouvel espace à la citadelle

Un nouvel espace d’exposition ouvrira au printemps à la Citadelle de Besançon. Il proposera deux grands aquariums et plusieurs plus petits, des vidéos immersives et des modules pédagogiques. Une nouvelle approche écosystémique permettra de comprendre les mécanismes qui façonnent et équilibrent nos cours d’eau et sensibiliseront à leur préservation. Dans un tout autre genre, un Escape room sera mis en place à l’été : « l’affaire des poisons ». Entre intrigues, logique, énigmes, indices, manipulations et autres jeux de dupes, les visiteurs parviendront-ils à résoudre l’affaire ? Sous le règne de Louis XIV, la citadelle a servi de geôles à certains prisonniers de ce scandale…

Bethune-Bruay (62) : une Cité des Electriciens

La future Cité des Electriciens ouvrira ses portes en mai. Plus ancien coron préservé du Pas-de-Calais, elle permettra de comprendre le paysage, l’urbanisme et l’habitat miniers. Quatre visites au choix pour les groupes : « le bassin minier, un patrimoine mondial », « la Cité des Electriciens : du grand paysage aux jardins », « la Cité des Electriciens, petites et grandes histoires »,  ainsi qu’une visite théâtralisée « les murs ont des oreilles » animée par des comédiens pour une découverte singulière du site.

 

Bollène (84): la centrale hydroélectrique s’ouvre à la visite

Dès ce mois de février, la compagnie nationale du Rhône (CNR) ouvre les portes de sa centrale hydroélectrique à la visite. Cet aménagement à la façade classée monument historique et surnommé à l’époque « le Suez français » pour l’ampleur des travaux, a été inauguré en 1952. Chargée d’une histoire à la fois nationale et locale, elle constitue un patrimoine industriel vivant. Dans les années 2000, un parc éolien et deux parcs photovoltaïques lui ont été adjoints. Le parcours de visite permet de comprendre qui est la CNR, l’histoire du site, de la navigation sur la Rhône, ainsi que la production d’électricité, qu’elle soit d’origine hydraulique, éolienne ou photovoltaïque. La scénographie fait la part belle à des explications pédagogiques, à des films et des maquettes interactives.

Bourg-en-Bresse (01) : Renaissance au Monastère royal de Brou

La galerie Renaissance du Monastère royal de Brou ouvre ses portes en ce mois de février. Les collections des XVe et XVIe siècles ainsi que d’art « troubadour » sont désormais rassemblées dans la grande salle récemment restaurée. Cette nouvelle présentation mêle davantage peintures, sculptures, meubles et objets d’art. Puis, en mars s’achèvera la restauration des tombeaux princiers ainsi que le réaménagement complet du chœur.

 

Bussy-le-Grand (21): nouveaux espaces au château

Demeure du comte Roger de Bussy-Rabutin durant seize années, le château éponyme a fait partie des 18 sites qui ont bénéficié du jeu de grattage « Mission patrimoine » en septembre 2018. L’aile de l’édifice, dite « aile Sarcus », nécessitait une rénovation importante, ce qui la rendait inaccessible aux visiteurs. Grâce aux fonds levés par le loto du patrimoine, cette partie sera restaurée cette année, et en octobre ouvriront deux nouveaux espaces au public permettant d’entrer dans les règnes de Louis XIII et Louis XIV, sur les pas de Bussy-Rabutin. Le chantier se poursuivra encore quelques mois afin de permettre la conservation et le remeublement des salons historiques.

Caen (14) : le Mémorial s’agrandit

A partir du 6 juin, un film sur la construction européenne sera projeté à 360° dans une salle immersive, dotée des dernières technologies et installée dans un nouveau bâtiment, dont la construction a démarré fin août. D’une durée d’une quinzaine de minutes, il sera diffusé sur 11 écrans à 360°, devant 350 spectateurs debout sur un plancher en bois percé de hublots en verre pour découvrir d’autres images à leurs pieds. Le film, composé à 90% d’images d’archives, racontera l’histoire de l’Europe du début du XXe siècle, avant la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de la Guerre froide avec la chute du mur de Berlin en 1989. C’est un bâtiment cylindrique, semi-enterré et recouvert d’un métal noir mat, qui abritera cette nouvelle salle immersive, d’une surface de 300 m2. D’autres travaux ont, eux aussi, débuté, en septembre 2018, puisque la salle d’exposition du Mémorial va être complètement refaite, à commencer par la sécurité et l’hydrométrie. Pour plus tard sont prévus l’agrandissement du parking et l’extension de l’espace d’accueil des groupes scolaires. En lien avec les travaux liés à la construction du nouveau bâtiment, la ville de Caen prévoit, elle aussi, des travaux d’embellissement des extérieurs du Mémorial. Le parvis devant l’entrée principale va être refait ainsi que les allées piétons, notamment celle menant au jardin britannique, et ce d’ici juin. Le Mémorial exposera 70 œuvres de l’artiste américain Norman Rockwell (1894/1978), à l’occasion du 75e anniversaire du D-Day (juin à septembre). 

Catz (50) : le débarquement reconstitué

Revivre le Débarquement sur une plage depuis une authentique barge restaurée : voici ce que proposera le Normandy Victory Museum situé à Catz (près de Carentan). Les visiteurs pourront suivre les pas des GI’s en embarquant comme en 1944. Une reconstitution de trois blockhaus permettra de mieux comprendre la défense allemande, avant d’appréhender les phases décisives du débarquement à l’intérieur du musée. Nouvelles vidéos ou encore nouveaux objets d’époque ponctueront la visite.

 

Chambord (41) : nouveau parcours de visite

Alors qu’en ce début d’année, le domaine de Chambord propose un tout nouveau spectacle de rapaces et de chevaux, le site se met, par ailleurs, à l’heure de la célébration du 500e anniversaire de la disparition de Léonard de Vinci, en conviant les visiteurs à suivre un nouveau parcours de visite sur le thème de la cour royale de France. D’autre part, une grande exposition sur l’architecture et Léonard de Vinci sera présentée de mai à septembre, tandis qu’est créé un potager en permaculture dans les écuries du Maréchal de Saxe tel qu’il existait au XIXe siècle. Enfin, après les vendanges de septembre 2018, les premières bouteilles de vin de Chambord seront vendues en mars pour « la cuvée des 500 ans ».

Chantilly (60): réouvertures de salles au domaine

A partir du 23 février, le Domaine de Chantilly rouvrira à la visite les appartements privés du duc et de la duchesse d’Aumale. Huit salles seront ainsi de nouveau accessibles, après deux ans de restauration qui ont porté sur le décor et le mobilier. A découvrir uniquement en visite guidée.

 

Châtre-sur-Cher (41) : pour les amateurs de Blues…

Le musée européen du Blues a ouvert ses portes en ce début d’année. Il a pour fil conducteur l’histoire de ce style musical, aux côtés de la valorisation comme la conservation et la préservation d’objets qui y sont liés. Des expositions temporaires viennent compléter la découverte du lieu.

 

Cherbourg-en-Cotentin (50) : une « seconde vie » pour La Cité de la Mer

A partir d’avril, La Cité de la Mer proposera sur 1400m2 un nouveau parcours permanent intitulé « l’océan du futur », qui entraînera le public depuis la surface de l’océan jusqu’aux profondeurs abyssales. Il se déploiera sur près de trois étages avec 17 aquariums et 18 espaces interactifs. Depuis l’infiniment petit (le peuple du plancton) jusqu’aux animaux marins, en passant par les premiers coups de palme des hommes, mais aussi un musée englouti, un salon Jules Verne, des jardins de la mer… Six mois de travaux auront été nécessaires.

Colleville-sur-Mer (14) : extension de l’Overlord Museum

Situé tout près du cimetière américain, à Colleville-sur-Mer, l’Overlord Museum dédié à la Seconde Guerre mondiale, sera agrandi. Cette extension permettra une meilleure mise  en valeur de l’ensemble de la collection. Une scène de la contre-attaque de Mortain sera rajoutée, ainsi qu’une partie dédiée au rôle de l’aviation. A découvrir à partir du mois de juin.

 

Cordemais (44) : en « Terre d’estuaire»

Le Centre de découverte « Terre d’Estuaire », installé à Cordemais, devait accueillir ses premiers visiteurs le 8 juillet 2018. Mais, la livraison du bâtiment a pris « un retard significatif », qui a engendré le report de la date d'ouverture… cette fois annoncée pour le 9 février. Sur une surface de près de 2000m2, le site propose une immersion ludique et interactive dans l’univers de l’estuaire de la Loire, via un parcours permanent, une exposition temporaire, des ateliers, sans oublier un ballon menant à 25 m de haut.

 

Dampierre-en-Yvelines (78) : renaissance d’un château

A quelques kilomètres de celui de Versailles, le château de Dampierre-en-Yvelines, conçu par Jules-Hardouin Mansart, a été acquis en 2018 par Franky Mulliez (créateur notamment de l’entreprise Kiloutou). Le nouveau propriétaire compte le rénover complétement (il est fermé au public depuis 2016), tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, nécessitant deux à trois ans de travaux. Collectionneur d’art baroque et passionné de chevaux et d’attelage, Franky Mulliez envisage de faire du lieu un écrin pour accueillir une collection d’art composée de mobilier d’époque XVIIe et XVIIIe siècles, de tableaux et de céramiques. D’autres espaces devraient voir le jour comme un musée et une école, tous deux dédiés à l’attelage. Quant au parc de 374 hectares, il fera lui aussi l’objet d’une rénovation. Les bassins conçus par Lenôtre et comblés à la Révolution seront ainsi recreusés. Aujourd’hui, la priorité est d’ouvrir les jardins au public, et ce dès avril. Le musée et l’école devraient, eux aussi, être accessibles cette année.

Dijon (21) : Beaux-Arts, gastronomie et vins

Le 17 mai rouvrira dans son intégralité le musée des Beaux-Arts de Dijon, au terme d’un chantier colossal qui aura duré plus de dix ans. Un musée entièrement métamorphosé, mais resté ouvert au public pendant les travaux. Sa surface d’exposition, qui passera de 3500m2 à plus de 4200m2 , permettra de présenter plus de 1500 œuvres au fil d’un parcours chronologique.

Elle alliera histoire, pédagogie et immersion : la Cité internationale de la Gastronomie et des Vins pourrait ouvrir cette année, au plus tard en 2020. Ses missions : valoriser le « Repas gastronomique » des Français et mettre en avant les « Climats du vignoble », tous deux inscrits à l’Unesco. Le nouvel espace se déploiera sur 6,5 hectares, sur le site de l’ancien hôpital général, aux portes du centre historique. L’ensemble bâti de 70 000 m2 se composera de bâtiments historiques rénovés et de constructions contemporaines pour abriter quatre expositions : « à table ! », « en cuisine », « en Bourgogne » et « pâtisserie ».

A savoir aussi : à Curtil-Vergy, à une trentaine de kilomètres de Dijon, l’abbaye de Saint-Vivant ouvre ses portes à la visite. Sous la conduite d’un guide est proposé un voyage à travers l’histoire de cet édifice bénédictin datant du IXe siècle, à travers des salles mises en valeur par des jeux de lumières. 

Foix (09) : nouvel espace muséographique au château

Le château de Foix présentera à partir de juin un tout nouvel espace muséographique. Plusieurs thématiques y seront abordées comme l’histoire des Comtes et du Comté de Foix, de la ville au château. Seront aussi évoqués les thèmes de la guerre et du catharisme, mais aussi la vie quotidienne au temps de Gaston Phébus ou encore les légendes. Les décors numériques et interactifs laisseront la place à des reconstitutions médiévales (salle d’apparat, cuisine, salle des gardes, cachot…).

 

La Chaise-Dieu (43): nouveaux regards à l’abbaye

A partir du printemps, l’abbaye de La Chaise-Dieu offrira un nouvel écrin à ses tapisseries restaurées. Quatorze œuvres seront ainsi mieux mises en valeur, grâce notamment à de nouveaux éclairages.

 

Laon (02) : immersion souterraine

Les souterrains de la citadelle de Laon ont une particularité : ils sont perchés et permettent ainsi au public de voir l’horizon. Etonnant, non ? La nouvelle visite qui sera proposée au printemps reposera sur un concept scénographique permettant aux visiteurs de devenir explorateurs à travers un voyage dans le temps, à la découverte de l’histoire de Laon. Une immersion totale les plongeant 40 millions d’années en arrière avant de remonter à la surface de l’histoire, au Moyen-âge, au cœur d’un chantier d’extraction de pierres. Et vivre aussi de grandes batailles de France…

 

Lisores (14): dans l’intimité de Fernand Léger

Rachetée en 2007 par un marchand d’art parisien, l’ancienne ferme-musée du célèbre peintre Fernand Léger ouvrira au public en juin. Originaire d’Argentan dans l’Orne, l’artiste venait souvent dans cette ferme familiale typiquement augeronne, pour s’y ressourcer et trouver l’inspiration. Sous l’impulsion du nouveau propriétaire, l’ancien site va connaître un nouveau destin, et sera un hommage à celui qu’on considère comme initiateur du mouvement cubiste. L’atelier de l’artiste, par exemple, sera ainsi accessible à la visite.

 

Lyon (69): à vos papilles !

La Cité internationale de la Gastronomie devrait accueillir ses premiers visiteurs dans le courant de l’été. Elle mettra à l’honneur les plaisirs de la table, la santé, le bien-être et l’art de vivre au cœur du Grand Hôtel-Dieu, et proposera aux visiteurs un espace de 3900m2, organisé comme un « parcours du goût » pédagogique et interactif. La Cité sera composée de quatre niveaux avec des espaces d’expositions permanentes et temporaires, de démonstrations et d’expérimentations. Parcours sensoriels, ateliers ludiques et interactifs, ateliers de dégustation : tous les sens seront sollicités.

Mantes-la-Jolie (78): l’hôtel-Dieu rouvre ses portes

A deux pas de la collégiale Notre-Dame, le musée de l’Hôtel-Dieu permet de découvrir le passé médiéval de Mantes-la-Jolie, ainsi que les œuvres de l’artiste Maximilien Luce. En septembre 2017, il avait fermé ses portes pour un réaménagement intérieur et une réfection extérieure. C’est donc un nouveau musée que les visiteurs découvriront au printemps prochain.

 

Marly-le-Roi (78): un « nouveau » Musée-Promenade

Fermé depuis octobre 2016 suite à une inondation, le Musée-Promenade rouvrira ses portes dans le courant du premier trimestre, avec une nouvelle identité, une offre culturelle renouvelée. Situé dans le parc historique de Marly-le-Roi, il retrace à travers des collections de peinture, d’arts graphiques, de sculptures, de mobiliers et d’arts décoratifs, l’histoire et l’évolution de l’ancien domaine royal, aujourd’hui disparu.

 

Medan (78): réouverture de la maison Zola-musée Dreyfus

C’est dans la commune de Médan que l’écrivain Emile Zola  passa vingt quatre années de sa vie, de 1878 à 1902. Sa maison, fermée pour d’importantes rénovations depuis 2011 rouvrira ses portes dans le courant du second semestre. L’occasion de découvrir des pièces où les décors sont restés intacts, typiques du XIXe siècle.  Les visiteurs pourront également (re) découvrir le musée Dreyfus, doté de nouveaux espaces muséaux dédiés à cette affaire qui a marqué Zola.

Merville (14): agrandissement du musée de la Batterie

Depuis les années 70, le site de la Batterie de Merville est géré par une association franco-britannique. Grâce à de très nombreux bénévoles, les blockhaus ont ouvert les uns après les autres apportant un attrait supplémentaire à cet espace resté volontairement tel qu’il était à l’aube du 6 juin 1944. Aujourd’hui, un nouvel élan est donné, et au printemps un nouveau bâtiment d’un peu moins de 300m2 sera construit. Il abritera un hall d’accueil, des salles de réunion ou d’expositions temporaires, un espace boutique… Le parking, lui, proposera 100 places, y compris pour les autocars. Dans un second temps, à l’automne, un hangar sera construit pour abriter le célèbre C-47 Dakota, classé monument historique.

Mirebeau-sur-Bèze (21): création d’un centre d’interprétation

En juin, Mirebeau-sur-Bèze accueillera un centre d’interprétation dédié au camp militaire romain installé sur son territoire par la VIIIe légion augustéenne au 1er siècle de notre ère. Cette exposition permanente invitera les visiteurs à explorer la vie quotidienne d’un légionnaire romain, et leur permettra de mieux saisir l’organisation du camp au travers d’un parcours non chronologique à découvrir librement. Des objets témoins retrouvés lors des fouilles ainsi qu’une maquette du camp animée offriront une vision concrète de ce lieu dont la superficie est de 22 hectares.

 

Montauban (82) : rendez-vous avec Ingres

En janvier 2017, le musée Ingres a fermé ses portes pour se consacrer à un vaste chantier de modernisation. Une rénovation essentielle pour offrir de meilleures conditions de présentation des collections et d’accueil du public. Rénové, agrandi de 600m2, il présentera une nouvelle scénographie et des espaces numériques. Installé dans l’ancien palais épiscopal, le musée abritera des œuvres du peintre montalbanais Jean-Auguste-Dominique Ingres, mais aussi celles du sculpteur Bourdelle (né lui aussi à Montauban), de la peinture classique et moderne… La réouverture est prévue pour la fin de l’automne.

Montcornet (08): ambiances médiévales

A partir de juin, les visiteurs remonteront le temps en visitant le site historique « Mont Cornu : l’Ardenne remonte le temps » situé au pied du château médiéval de Montcornet. Cinq villages historiques de l’Antiquité tardive au Haut Moyen âge complétés par une grande halle réservée à l’artisanat d’art seront animés par des fêtes multi-époques et des conférences. Un accueil fera découvrir le site, partager et goûter les produits du terroir.

 

Oulches-la-Vallée-Foulon (02) : nouvelle version de la Caverne du Dragon

A partir du 25 mai, le public découvrira une Caverne du Dragon transformée, venant marquer les 50 ans du musée.  Les travaux, qui ont démarré fin août 2018, ont entraîné depuis la fermeture du lieu. Rappelons que la Caverne du Dragon, située sur le Chemin des Dames, est aménagée en musée du souvenir de la Grande Guerre, et évoque la vie quotidienne du soldat via des animations, des objets, des fonds sonores, des vidéos et images d’archives.

 

Paris (75): la Poste, la Libération, Balzac et Grévin !

La réouverture du musée de la Poste dans le XVe arrondissement est annoncée pour cette année, sans toutefois que soit précisé une date. Le chantier est complexe (les travaux durent depuis trois ans). Le musée devait initialement ouvrir fin 2018. Les collections seront présentées sur trois plateaux ouverts et non plus dans 15 salles comme cela avait été envisagé.

Le 27 août ouvrira le « nouveau » musée de la Libération de Paris, musée du Général Leclerc - musée Jean Moulin.  A l’origine situé au-dessus de la gare Montparnasse, il sera installé place Denfert-Rochereau. Le parcours des collections permanentes se déroulera de façon chronologique, exposant chaque étape du conflit. Au total, plus de 7000 documents originaux, objets et autres photographies, ainsi que des vidéos d'archives et des témoignages seront présentés. Entre-deux guerres, Résistance, campagne d'Afrique, Débarquement jusqu'à la Libération de Paris... On suit le parcours de Jean Moulin et celui du général Leclerc, deux monstres sacrés de l'histoire de France guidant les pas des visiteurs.

Dans le XVIe arrondissement, au cœur de Passy, la maison du XVIIIe siècle d’Honoré de Balzac a fermé ses portes pour travaux. Sa réouverture est prévue à l’été. Dans les appartements que l'auteur occupait, les visiteurs trouveront une partie de son mobilier et de ses objets personnels. Sa petite table d'écriture n'a pas bougé de son cabinet de travail. Dans les pièces voisines : une série de tableaux ou d'objets ayant tous un lien avec Balzac ou avec son entourage et sa famille. Quelques sculptures de David d'Angers, Rodin ou encore Falguière, ont aussi été regroupées. La pièce la plus impressionnante sera, sans conteste, la salle dédiée à la généalogie des personnages de la Comédie Humaine. Les murs seront recouverts de visages et de silhouettes dessinés par Charles Huard, d'après les descriptions de l'auteur (1000 personnages référencés). Les pièces du bas proposeront, quant à elles, des expositions temporaires.

Enfin, Grévin Paris a fermé ses portes le 7 janvier. Et pour cause. Plus de 80 personnes, en équipe de jour comme de nuit, se sont activées sur le phénoménal chantier du site parisien, qui sera revisité, modernisé et immersif, et ce pour un investissement de quatre millions d’euros. Il rouvre le 9 février. Le « nouveau » Grévin Paris invite à plonger dans les scènes les plus emblématiques d’hier et d’aujourd’hui. Comme revivre les plus grands moments de l’histoire de France (peindre dans la grotte de l’Homo Sapiens, combattre aux côtés de Vercingétorix, prendre part au conseil de guerre avec Bonaparte…). Explorer les mondes imaginaires avec les héros préférés des plus jeunes. Intégrer la jet-set et cotoyer les plus grandes stars. Enregistrer des tubes. Découvrir les coulisses de la politique. Se mesurer aux plus grands sportifs. Parallèlement sont restaurés les sosies des personnalités, d’autres créés, dont Al Pacino, Jules Vernes, Guillaume Apollinaire, Marcel Proust, les Lapins Crétins… Pour ne citer qu’eux. Grévin Paris annonce 30 nouvelles créations.

Plagne (01) : sur la trace des géants

Dix ans après la découverte de la plus longue piste d’empreintes de dinosaures au monde, le site de « Dinoplagne » se métamorphose, et ouvrira à l’été une nouvelle structure en bois en forme de « canopée ». Dans le respect de l’environnement, ce bâtiment, long de 54m, couvrira un tiers du site et proposera une scénographie adaptée. Et en immersion totale : casques de réalité virtuelle, ambiance sonore, jeu de superposition de paysages de l’époque et actuel.

 

Reims (51) : du nouveau et des projets

Dès l’été sera mis en place une nouvelle création du son et lumière sur la cathédrale, et à la basilique Saint-Rémi (dont le chantier du parvis s’achèvera fin 2019), un nouveau spectacle qui fera suite à « Rêve de couleurs » présenté depuis 2011. Plus qu’un mapping video, il proposera un vaste scénario de mise en lumière de ce patrimoine Unesco, qui profitera des technologiques des plus innovantes. Il plongera le public dans un voyage poétique au cœur de l’héritage matériel et immatériel rémois. Dans une scénarisation en plusieurs actes, avec pour fil conducteur la journée du sacre d’un roi.

A savoir : le Palais du Tau va revoir totalement son parcours, qui sera présenté de façon chronologique, à partir du Moyen-âge, avec une meilleure mise en avant des collections. Les travaux devraient commencer fin 2019, et le site sera fermé à la visite durant toute l’année 2020. Concernant le musée des Beaux-Arts, le projet d’extension et de réhabilitation est en bonne voie, et les travaux devraient démarrer, eux aussi, fin 2019, voire début 2020. L’objectif est de proposer au public des collections peu ou jamais exposées grâce au triplement de la surface d’exposition. Des espaces immersifs seront aussi mis en place.

Saint-Côme-du-Mont (50): cinéma Imax au D-Day

En juin, le musée D-Day Experience ouvrira une salle de cinéma Imax destinée à projeter un film documentaire de 52mn sur le débarquement en Normandie et la libération de Carentan. L’étage sera aussi aménagé, soit 500m2 de muséographie en plus, dédiés aux parachutistes américains durant la bataille de Carentan.

 

Sainte-Mère-Eglise (50) : l’Airborne Museum en rénovation

A quelques kilomètres d’Utah Beach et des plages du Débarquement, l’Airborne Museum est situé au cœur de Sainte-Mère-Eglise, face au clocher sur lequel le célèbre parachutiste John Steele est resté suspendu. Il conserve une collection d’objets historiques dédiée aux parachutistes américains des 82e et 101e Airborne, notamment un authentique planeur Waco et un avion C-47 ayant participé aux opérations du 6 juin 1944. L’an passé, l’Airborne Museum s’est lancé dans un vaste programme de réaménagement (accueil, boutique, bâtiment Waco, bâtiment C-47…) qui devrait s’achever en 2024. La première tranche des travaux a démarré en octobre, et porte sur le bâtiment d’accueil des visiteurs. Il gagnera en espace (100 m2 au lieu de 30 m2), tandis que parallèlement la boutique doublera de surface (soit 200m2). L’ensemble devrait être terminé pour mars. L’Argonia (véritable avion C-47) sera toujours la pièce phare du bâtiment C-47 consacré aux parachutistes, mais le sens de la visite sera réorganisé ainsi que la muséographie. Un espace sera dédié aux équipages des C-47, tandis qu’une nouvelle thématique (la réaction allemande) sera créée. Le début des travaux a été fixé à la mi-2019 pour une fin mi-2021. Quant au bâtiment Waco, qui date de 1964, il sera totalement détruit et reconstruit à l’identique. Offrant alors une surface au sol doublée et une muséographie repensée. Les travaux sont prévus entre 2022 et 2024.

 

Saint-Nazaire (44) : ouverture d’un centre éolien

En ce mois de février ouvre sur les bords de l’estuaire de la Loire, à Saint-Nazaire, le Centre éolien EOL. Il est le premier site de visite proposant un voyage ludique et interactif accessible à tous sur la thématique de l’énergie éolienne en mer. Les visiteurs embarqueront dans une découverte faisant appel aux cinq sens. La scénographie va de l’utilisation du vent par l’homme dans l’histoire au fonctionnement d’un parc éolien en mer, les parcs prévus dans la région serviront d’exemples concrets.

Sancerre (18) : un musée de la Géologie

Connue mondialement pour ses vins AOC, Sancerre projette l’ouverture au printemps d’une Maison de la Géologie. Elle sera abritée dans les caves de la Mignonne, creusées dans la roche. Objectif : valoriser et protéger le patrimoine géologique du Sancerrois et ses richesses paléontologiques au travers de moyens modernes et ludiques, comme la réalité virtuelle. Cet espace permettra également de comprendre les incidences de la géologie sur les paysages, mais aussi sur le terroir viticole sancerrois.

 

Saulieu (21): la basilique Saint-Andoche, version numérique

Site emblématique de la ville de Saulieu, la Basilique Saint-Andoche célèbre cette année ses 900 ans. A cette occasion ouvrira le 4 mai une galerie numérique, « le monde de Saint-Andoche », invitant à plonger dans l’histoire et l’iconographie de la basilique par le biais de deux projections synchronisées et diffusées sur deux murs adjacents. Le film navigue entre les époques et les lieux pour révéler les messages portés par ses chapiteaux sculptés il y a près d’un millénaire. Plus loin, deux écrans interactifs permettront d’explorer ces œuvres plus en détails. Enfin, une frise chronologique retracera les différentes phases de construction de la basilique en les resituant dans leur contexte historique et religieux.

 

Sutrieu (01) : plus près des étoiles

Depuis plus de dix huit ans, l’Observatoire de la Lèbe rend l’astronomie abordable au plus grand nombre. Un nouveau bâtiment avec son dôme de sept mètres sort actuellement de terre, et accueillera à l’été un planétarium fixe permettant d’étendre l’offre et les capacités de cet observatoire. Installé sur un site de landes et de prairies à 900m d’altitude, il demeure la seule structure dans un rayon de 300km à offrir des prestations liées à l’astronomie et à la nature. Il propose au public des observations de jour comme nuit, des ateliers, des projections, des expositions temporaires…

 

 
Evénements : ils reviennent ou sont nouveaux

 

. Bayeux (14)

De septembre à décembre, l’hôtel du Doyen exposera la tapisserie de style médiéval Games of Thrones longue de 80 m et inspirée par celle de Bayeux. Elle a été brodée à la main par l’équipe des musées nationaux d’Irlande du Nord.

Bohain-en-Vermandois/Cateau-Cambresis (02)

L’année 2019 célébrera le 150e anniversaire de la naissance de Matisse. Sa maison familiale, située à Bohain-en-Vermandois lui consacre un calendrier de trois expositions, à coupler avec le musée départemental du Cateau-Cambresis où l’essentiel de son œuvre est rassemblée.

 

. Golfe du Morbihan

Tous les deux ans, d’îlot en îlot, de port en port, plus d’un millier de bateaux se donnent rendez-vous dans le Golfe du Morbihan. L’occasion d’admirer les fleurons du patrimoine maritime, venus de toute l’Europe. Les délégations de Norvège et de Vénétie seront les invités d’honneur de cette 10e édition qui se tiendra du 27 mai au 2 juin.

 

. Lourdes

A partir du 1er juillet, et jusqu’à fin octobre, l’histoire de Bernadette Soubirous sera mise en musiques dans le cadre de l’Espace Robert Hossein. Vingt cinq artistes sur scène  enchaîneront chansons et dialogues joués pendant une heure trente, sans entracte. Un spectacle proposé à 15h et à 21h, sauf le lundi, à travers huit à dix représentations par semaine. En 2020, il démarrera dès avril.

 

. Nantes

Les prochaines Floralies internationales se tiendront du 8 au 19 mai 2019 dans le cadre du parc des expositions de la Beaujoire. Une 12e édition qui aura pour thème  « Fleurs à vivre ». En nouveauté : Naturya, une comédie musicale et florale.

 

. Nîmes

Les « Grands jeux romains » dans les arènes fêteront cette année leur dix ans avec le spectacle « les rois barbares », du 3 au 5 mai.

 

. Normandie

75e anniversaire du Débarquement.

 

. Roquefort-sur-Soulzon

La première Fête du Roquefort sera organisée les 8 et 9 juin. Ateliers culinaires, accords mets & vins, découvertes des fermes et élevages, spectacles de rue, visite des fleurines seront au programme.

 

. Rouen

Du 6 au 16 juin, Rouen vivra à l’heure de l’Armada. Grands voiliers, bâtiments des marines nationales, marins et équipages animeront la cité normande et ses sept kilomètres de quai pendant dix jours.

 

. Toulouse

Pour la première fois sera proposée au musée des Abattoirs une exposition consacrée aux rapports entre Picasso et l’exil espagnol (du 15 mars au 25 août).

 

. Val de Loire

Il y a 500 ans, le 2 mai 1519, au château du Clos Lucé à Amboise, s’éteint Léonard de Vinci. Tout au long de l’année, des événements y seront organisés, mais également en Val-de-Loire dans le cadre plus large du programme des « 500 ans de RenaissanceS en Centre Val de Loire ».