• Jean-François Bélanger

En réaction, le musée des Confluences de Lyon se met « hors les murs »


07/01/2021 - Suite au report de l’ouverture au public des musées prévue le 15 décembre 2020, le musée des Confluences a choisi le bâtiment de la Métropole pour maintenir un lien avec son public, à l’occasion des fêtes de fin d‘année, et proposer une dizaine de ses œuvres emblématiques tirées de ses réserves. L’année 2020 s‘est achevée sur un lourd déficit de sa fréquentation.


C’est une exposition inédite, « hors les murs » qui s’est tenue à l’occasion des dernières vacances scolaires. Dans cette période de fronde et avant que le conseil d’Etat ne rejette le recours demandant la réouverture des lieux de culture, le musée des Confluence a choisi de ne pas rester absent de la scène, profitant de l’atrium de la Métropole de Lyon.


« C’est un symbole, surtout vis-à-vis de notre jeune public », explique Fanny Dubost, présidente du musée. « Nous ne voulons pas que nos enfants puissent aller dans les magasins, les lieux de culte… sans aller dans les musées », a justifié Bruo Bernard, président de la Métropole de Lyon.


Cette manifestation met aussi un terme au pire exercice du musée des Confluences depuis son ouverture. Pourtant, anticipant sur une ouverture qui ne s’est donc pas produite, les « Tiqets Remarkable Venue Awards » l’avaient distingué à la mi-décembre, pour leur édition 2020, en lui délivrant le label de « meilleur musée » du marché français.


20 à 25 groupes par jour


En 2019, avec 670 000 visiteurs, celui-ci affichait la plus grande fréquentation payante française, hors musées parisiens. Depuis le mois de mars, après reports et annulations qui se sont enchaînés, il devrait enregistrer, en 2020, autour des 300 000 entrées. Un coup dur pour ses finances.


Sur un budget de 18 M€, ses ressources propres se situent en période normale autour des 5 M€. Le reste est constitué de subventions. Désormais propriété de la Métropole, il appartiendra sans doute à la collectivité de prendre en charge le déficit supplémentaire provoqué par la baisse drastique de cette fréquentation.


Comme pour les expositions, les groupes ont été soit annulés soit reportés, lorsque cela est possible. Ils sont en moyenne entre 20 à 25 groupes au quotidien, selon le musée.


Pour autant, la centaine de salariés continue de préparer une ouverture et d’espérer un retour à la normale, dès que possible...


Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83