• Jean-François Bélanger

Le tourisme mondial continue sa descente aux enfers


30/10/2020 - Les dernières données de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) font état d’une baisse de 70% des arrivées de touristes internationaux au cours des huit premiers mois de 2020. Ce devrait être la même chose à la fin de cette année. Quant au transport aérien, il ne voit plus le bout du tunnel.

Les restrictions sur les voyages introduites en réponse à la pandémie de Covid-19 continuent de frapper durement le tourisme mondial Selon le dernier baromètre de l’OMT, les arrivées de touristes internationaux ont diminué de 81% en juillet et de 79% en août, les deux mois qui sont traditionnellement les plus chargés de l'année et le pic de la saison estivale dans l'hémisphère nord.

Jusqu'à fin août, en cumulé, cela correspond à une baisse de 700 millions du nombre d’arrivées par rapport à la même période en 2019. Cette baisse se traduit par une perte de 730 milliards de dollars de recettes, soit plus de huit fois la perte subie lors de la crise économique et financière mondiale de 2009.

Une reprise de courte durée

Durant ces huit premiers mois de l'année, toutes les régions du monde ont enregistré une forte baisse des arrivées de touristes. L'Asie et le Pacifique, première région à souffrir de l'impact de la Covid-19, a connu une baisse de 79% des arrivées, suivie de l'Afrique et du Moyen-Orient (baisse de 69% pour les deux régions), de l'Europe (-68%) et des Amériques (-65%).

Sur notre continent, après la réouverture progressive des frontières internationales, des baisses relativement moins importantes ont été enregistrées en juillet et en août : -72% et -69%, respectivement.

La reprise a été de courte durée, compte tenu des restrictions de voyage et des mises en garde réintroduites au regard de l’augmentation du nombre de contaminations. Par ailleurs, l'Asie et le Pacifique ont enregistré les plus fortes baisses avec -96% sur ces deux mois, ce qui reflète la fermeture des frontières en Chine et d'autres destinations importantes de la région.

Aujourd’hui, la demande de voyages reste faible en raison de l'incertitude persistante concernant la pandémie et du manque de confiance. D’après les dernières tendances, l'OMT s’attend à une baisse globale de près de 70% pour l'ensemble de l'année 2020, et envisage un rebond de la demande internationale pour le troisième trimestre 2021, voire en 2022.

IATA revoit ses perspectives à la baisse

Ces sombres perspectives rejoignent en partie celles des compagnies aériennes. Selon l’association internationale du transport aérien (IATA), les compagnies aériennes, qui prévoyaient initialement un baisse de leur chiffre d'affaires de 29% en 2021 par rapport à 2019, ont été contraintes de revoir leurs prévisions à la baisse, compte tenu de la nouvelle vague de Covid-19.

Elles tablent désormais sur une baisse de leur chiffre d’affaires de 46% en 2021 par rapport à 2019. Elles espéraient une reprise du trafic aérien au quatrième trimestre mais face à la nouvelle vague de Covid-19 et aux restrictions de circulation : fermetures de frontières et mise en place de mesures de quarantaine, qui l'accompagnent, elles ont revu leurs perspectives en baisse.

Baisse de 66% du trafic mondial en 2020

Le trafic aérien avait atteint son point bas en avril et a redémarré lentement en juin avant d'être à nouveau freiné à partir de septembre avec la résurgence du virus.

En 2020, le trafic aérien mondial devrait être en baisse de 66% avec une demande en décembre en recul de 68%, selon l'IATA. « A chaque nouveau jour de crise, les possibilités de pertes d'emplois et de destruction économique augmentent », a déclaré le directeur général de l'organisation Alexandre de Juniac. « Pour atteindre le niveau de productivité des dernières années, il faudrait réduire le nombre d'emplois de 40% » précise IATA.

Baisse de 73% du trafic européen à fin septembre

Des chiffres en ligne avec le ciel européen. Selon Airports Council International Europ, le trafic aérien de passagers cumulé à fin septembre était en baisse de 73%.

Cela correspond à la perte de 1,290 milliard de passagers depuis le début de l’année. El les perspectives actuelles ne sont pas bonnes.

Sur les 15 premiers jours d’octobre, la baisse du trafic de passagers en Europe s’est située entre 75% et 80%, selon les zones, par rapport à la période équivalente de 2019.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83