• Jean-François Bélanger

CroisiEurope frémit grâce au vaccin



23/03/2021 - C’est une nouvelle qui confirme le rôle fondamental de la vaccination dans le tourisme. Dès les premières doses injectées, la réservation sort de sa léthargie chez CroisiEurope. De quoi redonner de l’optimisme à la société alsacienne qui a perdu 90% de son activité au cours de l’exercice précédent.

« Depuis la mi-février, nous sentons un début d’intérêt pour nos croisières à partir du mois de juin », constate Lucas Schmitter, directeur du e-commerce chez CroisiEurope.


Une situation inédite depuis longtemps chez ce croisiériste qui a connu comme d’autres des chiffres d’affaires mensuels négatifs. CroisiEurope compte surtout sur deux axes pour réussir son rebond en France et en Europe.


Il attend aussi beaucoup de son navire Belle des Océans, qui devait rejoindre le Québec l’été dernier et qui finalement, proposera aussi cette année des programmes en Corse, ainsi que les programmes de ses péniches, traditionnellement orientées vers la clientèle internationale, en Alsace et en Provence.


D’une durée de huit jours, ils seront dorénavant plus courts, donc moins chers, et davantage orientées vers une clientèle de proximité. Pour l’international, il faudra attendre vraisemblablement l’automne prochain.


Pour l’ensemble, en attendant l’obtention des autorisations, le protocole sanitaire à bord a encore été amélioré. Certifié depuis l’année dernière par Bureau Veritas, il prévoira désormais un test de pré-embarquement ou un certificat de vaccination.


Parmi les premiers clients 2021, « on note aussi quelques interrogations de la part des groupes », reconnait Lucas Schmitter, une clientèle qui compte pour près de 58% : des associations, des célébrations de « classe », ou en provenance des partenaires autocaristes...


Revenir entre 50 et 70% de 2019


Pour traverser la tempête, cette société familiale alsacienne a su resserrer les rangs. « Sur 1 500 salariés que nous comptons, seuls 10% nous ont quitté, et nous avons eu recours au chômage partiel pour l’essentiel de l’effectif », reconnait Lucas Schmitter.


Pour survivre à cette période, l’entreprise a diminué ses budgets de sponsoring, de marketing… et a retardé ses investissements en matière d’augmentation de flotte ou de nouvelles destinations.


« Pour cette année, nous tablons sur un exercice situé entre 50 et 70% par rapport à celui de l’année 2019 », explique-t-il. Cette année de référence avait vu CroisiEurope tutoyer les 200 000 clients pour 200 M€ de chiffre d’affaires.



Photo : © David_Bleuset

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83