• Jean-François Bélanger

Savoie-Mont-Blanc-Tourisme : sauver les colonies de vacances

Ce n’est pas la première fois que la montagne déplore le retrait des clientèles jeunes. Aujourd’hui, alors que le contexte sanitaire est tendu, ses vertus environnementales apparaissent totalement opportunes. Savoie Mont Blanc en appelle au ministre de l’Education Nationale.

C’est une vielle histoire que celle du désamour entre les jeunes et la montagne. Sitôt les premiers congés payés installés, l’une des premières clientèles à profiter de l’air pur était celle des colonies de vacances.

Vincent Rolland, co-président, et Claudie Blanc-Eberhart, DG de Savoie-Mont-Blanc-Tourisme.

Les classes de neige ont fourni durant de longues années de larges contingents dans les stations de montagne. Puis, elles ont progressivement disparu du paysage. Parallèlement, les professionnels du secteur constataient un vieillissement de la population.

A tel point qu’aujourd’hui, le renouvellement générationnel devient un réel problème marketing. Par exemple, lors de la présentation de la prochaine saison d’hiver, le responsable de la station d’Avoriaz indiquait que « 70% de l’investissement en communication sera orienté vers la catégorie des 12-35 ans ».

La rentrée précipite les annulations

Sauf qu’en cette rentrée, l’incertitude de la situation sanitaire renforce l’inquiétude des organisateurs. Résultat, après le bel élan constaté cet été pour les colonies, une vague d’annulations de réservations pour les classes de neige est constatée par la centrale de réservation Savoie-Mont-Blanc Juniors, qui gère 150 hébergements collectifs des deux départements.

Vincent Rolland, co-président de Savoie-Mont-Blanc-Tourisme va s’adresser au ministre de l’Education Nationale. « Nous attendons un signal fort du gouvernement, sur ce sujet », annonce-t-il.

« Toutes les valeurs qui ont été révélées par l’épisode Covid : l’importance d’une alimentation de qualité basée sur des produits de proximité, un air préservé, de larges espaces… la nature c’est notre ADN », argumente-t-il.

Chaque année, ce sont 1 700 classes primaires, soit plus de 60 000 élèves, qui sont accueillis par les 400 structures d’accueil. Le marché national des colonies de vacances représente quant à lui un million d’enfants par an.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83