• Jean-François Bélanger

Un espace de 1000 m² en gestation à l’hôtel Martinez de Cannes


Si la saison estivale cannoise se termine sur un mois d’août qui a connu une bonne fréquentation, le chiffre d’affaires est en baisse compte tenu de l’absence de la clientèle internationale haut de gamme. Une situation qui ne remet pas en cause les aménagements en cours qui doivent déboucher sur l’obtention du label « Palace » pour valoriser le célèbre établissement de la Croisette.

Si l’absence de la clientèle étrangère a dégradé le niveau d’activité de l’emblématique cinq étoiles de la Croisette, à Cannes, géré par Hyatt, il n’a cependant pas remis en cause les investissements pour ses travaux d’embellissement. Au total, ce seront 150 M€ qui doivent lui permettre de postuler, comme il en a fait la demande à Atout France, à l’obtention de la labellisation « Palace ».

Mais, du fait de la situation du moment, Atout France a mis les procédures d’attribution de ce label en sommeil. Ce chantier, à la fois lourd et minutieux, a été confié à Bouygues. Il concerne diverses améliorations de l’accueil comme un jardin d’hiver, l’aménagement d’un Spa en partenariat avec une grande marque de soin française… mais c’est surtout la suite au sommet de l’édifice, livrée prochainement, qui attise les curiosités.

Un espace exclusif de 1 000 m² pour l’événementiel au 7e étage

D’une superficie de 1 000 m², et susceptible d’être scindée en deux sous-suites, « elle sera l’une des plus vastes d’Europe », déclare Yann Gillet, directeur général du Martinez. Les noms de la « suite du réalisateur » et la « suite de l’actrice », seront attribués lors du prochain festival de Cannes.

Car, si le cinéma reste le domaine de prédilection de l’établissement, ce lieu de prestige est appelé aussi à figurer dans les offres événementielles de prestige. D’une capacité de plus de 100 personnes, son prix est affiché à 10 000 € la nuit. Pour mémoire, le taux de commercialisation sur l’année de l’ancienne suite se situait entre 35 et 40%, mais à un prix sensiblement inférieur.

Sur les 31 hôtels distingués par l’appellation « Palace », 9 se situent sur la Côte-d’Azur. Mais le Martinez en deviendrait l’un des rares, d’une telle capacité ( 415 chambres), ouvert qui plus est toute l’année.

Dans le même état d’esprit, le restaurant double étoilé Michelin « La Palme d’Or », tenu par Christian Sinicropi, postule lui pour une troisième étoile.

Surtout destinées à la clientèle étrangère haut de gamme, il conviendrait surtout que les efforts entrepris pour l’obtention de ces distinctions puissent compter sur la normalisation prochaine du transport aérien…

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83