• Jean-François Bélanger

La Dolce Via ardéchoise distinguée au salon européen du vélo-tourisme

La Dolce Via, l’itinéraire de vélo-route qui emprunte l’ex-voie ferrée entre La Voulte-sur-Rhône et Saint-Agrève, soit 90 kilomètres de parcours pittoresque le long des canyons ardéchois, vient de se voir décerné le prix de la vélo-route de l’année 2020.

Le « Fiets en Wandelbeurs », qui s’est tenu à Utrecht (Pays-Bas) en février dernier, a rendu son verdict. Ce salon spécialisé est ce qui se fait de mieux pour les cyclotouristes européens. Il réunit en chaque édition plus de 40 000 visiteurs.

Cette dernière édition a réservé son premier prix à la Dolce Via devant d’autres parcours concurrents tels que l’Eurovélo 3, de Belgique, la Sydkustleden, de Suède, ou la Vallée du Loir, en France.

La distinction récompense les efforts entrepris par les aménageurs de cet itinéraire, qui l’ont sauvé d’un deuxième naufrage après l’arrêt de l’exploitation ferroviaire en 1968. Et elle fait de la Dolce Via un affluent naturel de la Via Rhôna, itinéraire cycliste majeur qui, sur 815 kilomètres ,relie le Léman à la Méditerranée.

La Dolce Via s’est construite en plusieurs étapes depuis la vallée du Rhône jusqu’aux sommets des Boutières, en passant par Lamastre et Le Cheylard, irriguant des territoires denses en richesses touristiques.

Aujourd’hui, les cyclotouristes ont le choix entre une palette de propositions : halte gourmande chez Terre Adelice, à Saint-Sauveur-de-Montagut, halte aventurière chez Aquarock Aventure, à Saint-Michel de Chabrillanoux, halte pédagogique et patrimoniale à la Maison du Bijou, en complément au festival biennal du Bijou, à Saint-Martin de-Valamas…

Cette reconnaissance européenne a même coïncidé avec l‘inauguration récente d’un gîte avec restauration qui, avec huit chambres, pourra accueillir de petits groupes dès cet été.

Depuis le Cheylard, la Dolce Via se poursuit vers Lamastre, terminus du Chemin de fer de l’Ardèche (ex-Mastrou), vers Tournon. Avec près de 100 000 clients par an, c’est le quatrième site le plus visité du département.

La filière vélo : 5 milliards d’euros

Cette Dolce Via est une illustration de l’essor rencontré par cette forme de tourisme. C’est l‘une de celles parmi les plus dynamiques, principalement auprès des marchés nord-européens. Ainsi, 12% des touristes allemands et 10,5% des touristes néerlandais considèrent le vélo comme activité principale dans leur consommation touristique.

En six ans, le nombre d’itinéraires cyclistes a doublé. Selon une étude d’Atout France, le secteur du vélo dans son ensemble, génère 5 Mds€ de retombées économiques en France, dont près de la moitié provient du seul tourisme.

Toujours selon Atout France, le cyclotourisme pratiqué par la clientèle internationale représente d’ores et déjà plus de 25% du marché français et est appelée à croître.

Il est prévu que l’Union Européenne de Cyclotourisme, qui réunit une quinzaine de pays européens représentants plus de 200 000 cyclotouristes, doit tenir son prochain congrès à Banja Luka, en Bosnie-Herzégovine, fin juillet prochain.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83