Seto : prendre l'angoisse à bras le corps

 

Pour sa 10e édition, le Forum du Seto s'était décentralisé. C'est à Porto que plus de 80 adhérents se sont retrouvés, du 11 au 13 décembre, l'occasion de dévoiler le baromètre 2018-2019 du Tour Operating : les membres du Seto ont connu une hausse de 7% des clients, et de 2,5% de chiffre d'affaires.

 

Mais sur fond de grèves, l'inquiétude était de la partie, même avec des ventes en hausse sur l'hiver (+ 4,7% pour l'étranger). Le syndicat a également dévoilé le contenu alarmant de l'enquête Seto-Roland Berger, sur les rapports fuyants entre pros du voyage et grands voyageurs.

 

« Je comprends que le Seto ait voulu donner un électrochoc, mais était-il indispensable de révéler l'enquête à la presse ? », s'interroge Serge Laurens, de TUI.

 

Une mise au point sur la législation du retard de paiement a lui aussi jeté un froid sur les participants, conscients que dans bien des cas, ils étaient hors la loi.

 

Quant à la conférence sur la nouvelle garantie financière de l'Egfatt, elle a fait revenir le spectre de Thomas Cook. « C'était très anxiogène », confie une spécialiste du groupe sur les Antilles.

 

 

Retour à la réalité

 

En contre-champ, une intervention d'Emmanuel Grenier a recadré de manière réaliste l'activité des voyagistes, qui devra apprendre à profiter des plateformes ou même travailler avec Amazon.

Le PDG de CDiscount a aussi partagé quelques règles indispensables : « Il faut avoir tous les produits disponibles, même  pour un seul client, qui ne manquera pas de partir si vous ne l'avez pas », avant d'insister sur la mise en conformité du tourisme avec le CO2 et l'éthique, déterminante - selon lui - pour l'avenir.

 

« Ces données concernent les voyagistes classiques, confie René-Marc Chikli, président du Seto, les spécialistes du groupe ont leur propre syndicat, mais nous sommes toujours ouverts à des liens plus étroits ».

 

« Tous ces constats s'appliquent au marché du groupe », remarque cependant Sobeira Do Vale, PDG de Caractères d'Amérique.

 

Le Forum a fait réfléchir. C'est son but. « Cela a beau être plus long, parce plus loin que Deauville, être à Porto a permis d'être plus concentré », observe Helmut Stückelschweiger, PDG de Top Of Travel, ravi de cette édition.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83