TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Le thermalisme affirme ses prétentions en Rhône-Alpes

 

En amont des salons des Thermalies qui se tiendront à Paris, en janvier, et à Lyon, en février prochains, les 15 stations thermales (16 établissements) de Rhône-Alpes ont présenté leurs nouveautés le 5 novembre 2019, à Paris.

 

Les acteurs Rhône-Alpes du thermalisme sont regroupés au sein de la Fédération Rhône-Alpes Thermal, sous le label Balineae, dont le siège est à Aix-les-Bains.

 

Calculée au 1er août dernier, la fréquentation projetée pour l’année 2019 permet d’envisager une légère progression par rapport à celle de l’année dernière. Avec 80 000 curistes, ce périmètre régional représente 15% des cures conventionnées du niveau national. Son chiffre d’affaires se situe à 56 M€, « ce qui correspond à une augmentation de 20 % depuis 2010 », commente Sophie Fournier, déléguée générale de Rhône-Alpes Thermal.

 

Le développement de cette activité s’inscrit dans le Plan Thermal initié par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Sa première phase de 2016 à 2020 a concerné 9 stations thermales, pour un montant d’aides publiques de 23 M€.

 

Pour la seconde période, 2020-2024, et un montant de 20 millions d’aides, quatre stations ont candidaté : La Léchère (73), Saint-Laurent (07), Vals (07) et Brides (73), ces deux dernières étant déjà été retenues dans le cadre de la première phase.

 

 

30 000 curistes en 2021 pour les Thermes Chevalley

 

L’objectif affiché de l’exécutif régional est de positionner Auvergne-Rhône-Alpes (130 000 curistes) comme une région de référence derrière l’Occitanie (188 000 curistes) et la Nouvelle Aquitaine. C’est pour cela que les projets sont nombreux en Rhône-Alpes.

 

Par exemple, à Aix-les-Bains, 3e station thermale nationale, les Thermes Chavalley planchent sur un nouveau spa de 1 000 m², soit un triplement de la surface actuelle, avec la construction d’une résidence d’une centaine de logements, pour un investissement de 12 M€.

 

Ces aménagements permettront, en 2021, d’accueillir 600 curistes supplémentaires, avec un objectif d’atteindre les 30 000 curistes d’ici 2 ou 3 ans. Et, après que le thermalisme ait été reconnu comme bénéfique par la santé, l’Association Française pour la Recherche Thermale (Afreth) envisage, de son coté, investir 10 M€ dans ce secteur.

 

 

Des groupes de petite taille

 

En ce qui concerne les groupes, il existe pour certains établissements des propositions pour les associations, clubs, amicales… en particulier pour ceux qui ont conjointement une offre détente-bien-être. « Mais elles sont réservées à des groupes de petites tailles, afin que les établissements conservent la qualité et la tranquillité nécessaire », précise Sophie Fournier.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône