TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Aigle Azur, à l’arrêt (où sont les chinois ?)

 

La deuxième compagnie aérienne française, Aigle Azur, est placée en redressement judiciaire depuis le 2 septembre 2019, et a suspendu l’ensemble de ses vols depuis le 7. Elle attend un éventuel repreneur qui doit être désigné par le Tribunal de Commerce d’Evry, ce lundi 9 septembre, pour envisager la reprise de ses activités.

 

Après un mois d’août rocambolesque qui a vu son président Frantz Yvelin remis en selle « manu militari », fin août, suite à un coup monté par Richard Houa, dirigeant de l’une de ses sociétés actionnaires minoritaires, Lu Azur, c’est finalement le tribunal qui statuera de l’avenir d’Aigle Azur. Un administrateur judiciaire a été commis pour une période resserrée, comme l’exige la situation de sa trésorerie.

 

Historiquement positionnée sur les liaisons avec l’Afrique et l’Algérie, la compagnie était sortie de ces créneaux, notamment sous l’impulsion de son président Frantz Yvelin, avec des initiatives sur des liaisons long courrier (Brésil et Chine), des liaisons européennes à destination du Portugal notamment, ou encore une liaison domestique entre Lyon et Nantes qui ont toutes plus ou moins fait long feu.

 

C’est un peu ce qui est présentée aujourd’hui comme une erreur stratégique et qui lui est reproché. Frantz Yvelin a ainsi préféré quitter son poste mercredi dernier. Plusieurs repreneurs, dont Air France, se sont positionnés pour ce dossier qui concerne au premier chef plus de  1 100 salariés essentiellement localisés en France et en Afrique.

 

Durant tout le week-end, les initiatives, plus ou moins médiatisées,  se sont multipliées pour assister les milliers de passagers (dont des groupes) à la dérive, déclenchant en même temps une suspicion supplémentaire de la clientèle vis-à-vis des activités du transport et du tourisme.

 

En revanche, rien n’a filtré en provenance du premier actionnaire, le groupe chinois Hna, actionnaire à 48%, qui, pourtant pèse plusieurs milliards d’euros, alors qu’Aigle Azur représente une activité légèrement supérieure à 300 M€...

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône