TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Aérien : que savent les Français sur leurs droits?

Dans le cadre de la législation européenne, connaître ses droits en tant que passager aérien s’avère utile. VoyagesPirates et Flightright ont mené une étude auprès de 6636 Européens, dont 2338 Français, afin d’évaluer leurs connaissances en la matière.

 

Ainsi, 71% des Français affirment bien connaître leurs droits de passagers : 12% « très bien » et 59% « plus ou moins bien ». Une grande majorité (75%) sait qu’en cas d’annulation, ou de retard de plus de trois heures, il est possible d’obtenir une indemnisation.

 

Par ailleurs, 60% d’entre eux sont conscients qu’une des conditions pour obtenir une compensation est de s’être enregistré à temps. En effet, il faut non seulement avoir effectué son enregistrement dans les délais, mais aussi s’être présenté à la porte d’embarquement à l’horaire indiqué.

 

Ce qu’ils ignorent…

 

En revanche, ils sont 22% à savoir qu’ils doivent être informés 14 jours avant le vol en cas d’annulation. Ils sont encore moins nombreux (7%), à avoir connaissance qu’en France, il est possible de faire une demande d’indemnisation jusqu’à cinq ans. Cette réglementation s’applique  aux vols retardés, annulés ou surbookés. 60% de Français interrogés pensaient n’avoir un délai que d’un an pour réclamer.

 

Dans le cadre d’un voyage d’affaires, si le vol est retardé, annulé ou l’embarquement refusé, 40% des Français savent que c’est le passager qui reçoit l’indemnisation et non l’employeur, bien que celui-ci ait pris à sa charge le déplacement. Celle-ci est, en effet, attribuée à la personne ayant « subi » l’attente à l’aéroport. Cette réglementation s’applique aussi aux voyages organisés.

 

Les Français sont partagés quant à savoir qui est responsable d’un vol retardé. Ils sont 29% à penser que les perturbations proviennent des compagnies aériennes, tandis que 39% ont tendance à privilégier les facteurs externes, comme des grèves ou les conditions météorologiques. Pour les autres, ils ne savent pas, ou attribueraient la responsabilité aux aéroports ou encore aux contrôleurs du trafic aérien.

 

Enfin, 33% des Français interrogés ont déjà fait une demande d’indemnisation. Parmi eux, 70% ont obtenu gain de cause.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône