• Jean-François Bélanger

Volotea : un rythme de croissance maîtrisé

En célébrant le premier anniversaire de l’ouverture de sa base marseillaise, la low cost Volotea confirme la pertinence de son modèle privilégiant les dessertes des capitales régionales au détriment des grands hubs.

Si Marseille Provence n’est pas l’aéroport le plus important des cinq bases qu’exploite la compagnie en France, c’est celui qui a connu la plus forte progression en 2018 (soit +85%!), grâce à ses deux avions. En 2017, le trafic à Marseille s’est établi à 151 000 passagers, et devrait dépasser les 350 000 cette année. Et, la croissance se poursuivra encore.

Outre l’ouverture en avril 2020 d’une nouvelle ligne à destination de Castellon (Espagne) avec un vol par semaine, l’idée est aussi de renforcer les fréquences des 23 destinations desservies (dont 12 en exclusivité). La croissance marseillaise participe à l’évolution globale de la compagnie catalane.

De g. à d. : Pierfrancesco Carino, directeur des ventes de Volotea,

Julien Boullay, directeur commercial et marketing de l’Aéroport Marseille Provence,

et Carlos Cerqueiro, directeur du développement et de la communication de Volotea.

En 2018, Volotea a transporté 6,5 millions de passagers, et envisage d’atteindre cette année plus de 7,5 millions. C’est la France, à travers ses cinq bases (Nantes, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg et Marseille), sur les 13 que compte la low cost, qui est son premier marché devant l’Italie et l’Espagne.

Volotea fonctionne sur un modèle low cost adapté. « Nous sommes une compagnie multicanale, et le réseau de distribution des agences de voyages commercialise 40% de nos sièges lorsqu’il n’en représente que 25% chez easyJet ou moins de 5% chez Ryanair », souligne Pierfrancesco Carino, directeur des ventes.

Une équipe de plus de dix personnes est dédiée aux groupes, aux sociétés, à l’animation des réseaux de vente… Ce qui fait que le trafic est relativement équilibré : 50% tourisme, 25% affinitaire et 25% affaires, une répartition qui varie selon les axes. Cette activité reste profitable. Le chiffre d’affaires de 396 millions d’euros réalisé en 2018 (+29% par rapport à 2017), a dégagé un résultat d’exploitation de 13,6 millions d’euros.

L’idée est de poursuivre sur un rythme de croissance maîtrisé. « Il reste de la place pour d’autres bases en France, dans les deux années », estime Pierfrancesco Carino. Ces résultats valident le choix stratégique de Volotea de cibler les capitales régionales. « 75 % de la population européenne vit dans les régions, alors que 75% du trafic aérien se traite depuis les grands hubs nationaux », poursuit-il. Et qui peuvent faire réfléchir au moment où beaucoup s’interrogent sur le devenir du segment court et moyen-courriers national.

Inscrivez-vous à la newsletter de Voyages & groupe

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83