• Catherine Mautalent

Roland Héguy : « les prévisions estivales sont bonnes »


Invité de l’interview « éco » de France Info, le 25 juin dernier, Roland Heguy, président de l’Union des Métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) a annoncé une tendance estivale « très favorable » pour le secteur.

« Fin juin, les résultats sont bons, a-t-il ajouté, les prévisions pour cette été suivent la même tendance, et il en est de même jusqu’à septembre/octobre. En 2019, avec tout ce qui s’est passé, on n’y croyait pas ». Par rapport à l’été 2018, Roland Héguy parle néanmoins, à ce stade, « de résultats comparables », en espérant, bien sûr, que d’ici fin octobre, « ils seront meilleurs ».

« On peut imaginer que ces fortes chaleurs, cette canicule, va aussi profiter à cette France rurale, à ce tourisme vert, on va rechercher un peu de fraîcheur… », poursuit Roland Héguy, même s’il souligne cependant, que les destinations littorales constituent toujours les destinations privilégiées des touristes en été (entre 70 et 80%), qu’ils soient français ou étrangers.

Et de rappeler aussi les réflexions actuellement menées pour permettre de mieux répartir les touristes sur l’ensemble du territoire national.

Et la réforme de l’assurance-chômage ?

Interrogé sur la réforme de l’assurance-chômage, Roland Héguy estime « qu’il y a eu un échec des négociations du paritarisme. Je ne comprends pas pourquoi cette réforme fasse supporter sur seulement sept secteurs le poids de la dette de l’assurance-chômage en instaurant le bonus-malus »… sur les cotisations patronales pour enrayer le recours aux CDD, de moins d’un mois notamment.

Le président de l’UMIH a aussi souligné que « nous avons un métier très particulier qui nécessite des contrats courts inhérents au pic d’activité dans l’hôtellerie-restauration », et plus particulièrement dans la restauration.

Ces cotisations patronales varieront de 3% pour celles qui auront droit à un bonus, à 5% pour celles qui seront frappées par le malus contre 4% actuellement. « Certes, ce n’est pas énorme, poursuit Roland Héguy, au micro de France Info, mais lorsque c’est répétitif, cela devient un handicap. A l’arrivée, c’est le client qui est sanctionné ». Et, à nouveau de rappeler que « la masse salariale dans nos métiers se situe entre 40 et 50%, avec à l’arrivée des marges infines ».

Au terme de l’interview, le président de l’UMIH a, de nouveau, rappelé les 80 000 à 100 000 emplois non pourvus dans le secteur. « Sur les dix dernières années, plus de 170 000 emplois ont été créés », souligne Roland Héguy, estimant par ailleurs que « pour séduire les jeunes à intégrer nos métiers, cela doit aussi passer par des améliorations à apporter à l’activité au quotidien ».

Incrivez-vous à la newsletter de Mobilités Magazine

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83