TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Horizon 2050 : réduire de 50% des émissions de CO2 de l’aviation civile

En cette année 2019 marquant la mise en œuvre de l’accord mondial « Corsia » (Carbon offstting and reduction scheme for international aviation), les acteurs du secteur aérien français  - Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), Groupe ADP, Air France, Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam) et Union des Aéroports français (UAF) - s’engagent à assurer une croissance durable du transport aérien.

 

Pour que la hausse du trafic ne contribue pas à celle des émissions de CO2 à l’avenir, les acteurs du secteur se mobilisent pour garantir une croissance neutre en carbone du transport aérien mondial à partir de 2020. « Toutes nos entreprises sont déterminées à atteindre l’objectif de réduction de 50% des émissions de CO2 à l’horizon 2050, que se sont fixés tous les membres de l’Air Transport Action Group (ATAG) au niveau mondial ».

 

Cet objectif sera atteint en actionnant différents leviers :

  • amélioration de la performance environnementale des avions, avec un effort de 
recherche et d’innovation portant simultanément sur les appareils, les sources d’énergie 
employées et les opérations, dans une logique de rupture technologique ;

  • des procédures opérationnelles conduisant à réduire la consommation de carburant ;

  • l’optimisation des infrastructures et de la chaîne de traitement de l’avion au sol ;  

  • le développement des biocarburants aéronautiques.

De g. à d. : Thomas Juin, Président d’UAF ; Eric Trappier, Président de Gifas ; Anne Rigail, Directrice générale d’Air France ; Augustin de Romanet, Président-directeur général du Groupe ADP et Alain Battisti, Président de la Fnam.

 

 

 

Le secteur aérien investit chaque année près de cinq milliards d’euros dans la recherche et la technologie pour développer et mettre en ligne des avions plus verts, plus performants, utilisant de nouveaux modes de propulsion, des améliorations aérodynamiques ou des carburants alternatifs. Un effort soutenu par l’Etat français grâce au Conseil pour la recherche aéronautique civile française (Corac).

 

Améliorer la gestion de l’espace aérien (via la mise en œuvre du programme Sesar visant à moderniser les systèmes actuels) et développer les descentes continues, sont autant de projets devant permettre d’améliorer la performance des vols et réduire leur impact environnemental.

 

Quant à la décarbonation des infrastructures aéroportuaires, les deux plus grands aéroports régionaux français ont atteint la neutralité carbone et les trois aéroports franciliens l'atteindront au plus tard en 2030. Cela passe par d’importants programmes de développement d’énergies renouvelables et la transition énergétique des véhicules comme des engins de piste.

 

Le secteur aérien émet aujourd’hui de l’ordre de 2% des émissions de CO2 d’origine humaine à l’échelle mondiale (en France, le transport aérien intérieur représente 1,4% des émissions de CO2 nationales), tout en connectant plus de quatre milliards de passagers chaque année.

 

Inscrivez-vous à la nesletter de Voyages & groupe

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône