TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

La mise en service du CDG Express est repoussée à 2025

 Elle devait être opérationnelle au 31 décembre 2023 pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. La future liaison ferroviaire CDG Express entre Paris et l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle a été repoussée à 2025.

 

« Un report à fin 2025 afin de limiter l’impact des travaux » pour les banlieusards, a annoncé le 29 mai dernier Elisabeth Borne, ministre déléguée aux Transports.

 

Rappelons que le CDG Express, dont le coût initial a été estimé à 1,8 milliard d’euros, doit relier directement la gare de l’Est au terminal 2 de l’aéroport de Roissy. En vingt minutes pour un coût de 24 euros.

 

Le report du CDG Express vient répondre à la demande qu’exprimaient depuis plusieurs mois Anne Hidalgo, maire de Paris, et Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, ainsi que d’autres collectivités. La ville de Paris rappelle que cette liaison ferroviaire, qui bénéficiera en premier lieu aux touristes, « ne doit en aucun cas être réalisée au détriment des transports en commun empruntés quotidiennement par les Parisiens et Franciliens ». 

 

Dans un communiqué, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 annonce que cette décision « ne remet pas en cause la bonne organisation des jeux qui s’appuie sur un plan de transport solide ».

 

Comme le comité l’a toujours indiqué, « si le CDG Express représentait une opportunité supplémentaire à la disposition des touristes olympiques et paralympiques utilisant les infrastructures aéroportuaires de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, il ne répondait pas à un besoin en tant que tel pour la bonne organisation des jeux ». En effet, cette nouvelle ligne de transport « n’aurait desservi aucun site olympique ou paralympique ».

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône