TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Attentats au Sri Lanka : les TO mobilisés

Le bilan des attentats du dimanche de Pâques au Sri Lanka s’est alourdi hier, mardi 23 avril, à 321 morts et plus de 500 blessés. Attentats qui ont été commis par l’Etat islamique « en représailles à l’attaque contre les mulsumans à Christchurh », en Nouvelle-Zélande, a révélé ce même jour le vice-ministre sri-lankais de la Défense.

 

 

Des ressortissants étrangers figurent parmi les victimes (la mort d’un Français avait été annoncée avant que les autorités sri-lankaises reconnaissent une « erreur » d’identité). Pour les touristes qui n’ont pas annulé leur voyage, le début des vacances a donc commencé dans la confusion, tandis que d’autres ont souhaité quitter au plus vite le pays, comme en témoignaient les files d’attente à l’aéroport de Colombo.

 

Le Quai d’Orsay a appelé les Français sur place « à limiter leurs déplacements et à suivre les consignes de sécurité des autorités locales ».

 

Seto : « la quasi-totalité des clients veulent rester sur place »

 

De son côté, dans un communiqué, le Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) annonce « avoir pu contacter la plupart de leurs clients sur place pour lesquels des programmes ont été réaménagés ».

 

Et d’ajouter : pour les départs jusqu’au 25 avril (dans le cadre de voyages à forfait), les clients peuvent partir mais des modifications de programme interviendront, ou reporter sans frais leur voyage ou sur une autre destination. Quant aux départs à partir du 26 avril, le Seto communiquera sur l’évolution de la situation locale au plus tard le jeudi 25 avril.

 

« On a pu avoir un contact avec la quasi-totalité de nos clients parsemés sur l’ensemble de l’île, a confirmé à l’AFP, René-Marc Chikli, Président du Seto. Aucun tour-opérateur n’a déclaré avoir un sinistre quelconque avec les clients ».

 

Une fois encore, les attentats perpétrés qui ont visé trois églises et quatre hôtels internationaux (dont trois établissements de luxe) risquent de mettre à mal le secteur touristique sri-lankais, du moins à court terme. Une économie qui, déjà, se remettait d’une interminable guerre civile et de la crise constitutionnelle de l’an dernier.

 

En six ans, la fréquentation touristique dans le pays a doublé, bondissant de 10%, à 2,3 millions sur l’année 2018 (et quatre milliards de recettes totalisées). Indiens, Chinois, Britanniques, mais aussi Allemands et Français plébiscitent la destination.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône