• Catherine Mautalent

Les Entreprises du Voyage : du bilan 2018 aux chantiers 2019

Hier, mardi 16 avril, le syndicat des Entreprises du Voyage (EDV) tenait son assemblée générale à Paris. En guise d’introduction, Jean-Pierre Mas, son Président, a tout d’abord souhaité « exprimer sa tristesse et sa solidarité », à la suite de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Laissant ensuite la parole à Olivier Abergel, trésorier des Entreprises du Voyage, qui annonçait des résultats « largement positifs, avec un excédent de 146 917 euros en 2018».

« Plus de 30 millions de billets d’avion et 20 millions de billets SNCF ont été vendus en 2018 », ajoutait Valérie Boned, secrétaire générale. Et les tendances au premier trimestre 2019 sont encourageantes : +4,5% en nombre de passagers, des réservations en hausse de +4,5% sur le printemps et de +9% sur l’été.

A ce jour, Les Entreprises du Voyage comptent 1628 adhérents pour 3638 points de vente. Soit 85% de l’activité économique du secteur. « Nous en avons accueilli 200 nouveaux, radiés 91 », poursuivait Valérie Boned. Des nouveaux adhérents (dont le retour d’Asia après dix ans d’absence) qui seront conviés le 6 juin prochain au siège du syndicat à Paris, pour une présentation des EDV.

Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage.

Nouveaux aussi : l’Ecole des Professionnels du Tourisme (anciennement Ecole Pratique du Tourisme) du groupe Aftral, et Orchestra qui ont rejoint le Club des Partenaires des Entreprises du Voyage. Et le syndicat d’annoncer, parallèlement, la création d’une nouvelle commission technique dédiée au digital et à l’innovation.

Quant aux chantiers 2019, ils se partagent entre la renégociation du contrat avec la SNCF (l’actuel prendra fin au 31 décembre prochain), le Brexit (qui aura un impact sur la réglementation des voyages), le réceptif (avec la volonté de structurer cette activité, savoir ce qu’elle représente en France en nombre d’entreprises et en volume d’affaires), la fusion des branches ou encore la nécessité d’accroître le lobbying.

En guise de conclusion, Jean-Pierre Mas n’a pas manqué de souligner que « Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, ne comprend rien sur la responsabilité de plein droit », un sujet que le président des EDV ne compte pas lâcher. « On a perdu dans le cadre de la transposition de la nouvelle directive, on va se battre sur le terrain de la surtransposition », a t-il lancé.

Et, sur un tout autre sujet, de regretter « l’attitude d’irresponsabilité et d’arrogance d’Iata », quant aux faillites des compagnies aériennes. « Je m’oppose à la constitution d’un fonds de garantie solidaire, ce n’est pas sain », évoquant plutôt « une garantie pour chaque compagnie ».

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83