• Catherine Mautalent

La FNTV vent debout contre Benjamin Griveaux

Benjamin Griveaux, candidat à la mairie de Paris, a annoncé sur France 3 Paris Ile-de-France que l’une de ses priorités pour la capitale sera d’interdire les autocars de tourisme.

« Plus d’autocar au diesel en rang d’oignon devant les grands magasins, devant les sites touristiques comme à Montmartre, a-t-il dit. C’est d’abord une pollution visuelle et une pollution industrielle. C’est un engagement que je prends ».

Suite aux propos tenus par l’ex-porte-parole du gouvernement, la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) dénonce, dans un communiqué, « cette prise de position dogmatique et néfaste pour l'attractivité de Paris, qui va à l'encontre de choix responsables et rationnels pour favoriser l'économie touristique de la capitale ».

La fédération souhaite rappeler au candidat que l'autocar est un mode de transport en commun répondant aux exigences d'une mobilité responsable et durable. Il doit au contraire être encouragé afin de lutter contre la congestion, les émissions polluantes et l'autosolisme : un autocar évite à lui seul la circulation d'environ 30 voitures.

« Conscientes des enjeux environnementaux, les entreprises de transport investissent depuis de nombreuses années dans la transition énergétique et le renouvellement de leur parc d'autocars au profit de véhicules à faibles émissions dont les performances énergétiques sont reconnues », précise la FNTV. La fédération souligne, par ailleurs, « l'importante contribution de l'autocar à la chaîne touristique et à l'attractivité de Paris » : plus de 12, 5 millions de voyageurs en autocar se rendent dans la capitale chaque année, générant des retombées économiques chiffrées à plus d'un milliard d'euros. Le tourisme par autocar est un contributeur actif des activités touristiques auxquelles il apporte chaque jour des millions de clients : hôtels, restaurants, commerces, grands magasins, sites touristiques, établissements culturels, centres de congrès… « L'autocar est une solution, pas un problème, il doit pouvoir continuer à circuler dans la capitale », martèle la FNTV. Jean-Sébastien Barrault, son président, « condamne cette proposition », et invite Benjamin Griveaux à le rencontrer pour lui éviter de tomber dans les mêmes pièges qu'Anne Hidalgo en 2014 lorsqu'elle annonçait la fin du diesel à Paris en 2020, conclut la FNTV.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83