TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Vent debout contre le CDG-Express

Elisabeth Borne, ministre déléguée chargée des transports, a confirmé le lancement de la construction du CDG Express.

 

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir le Syndicat des Compagnies Aériennes Autonomes (Scara) dans un communiqué, en dénonçant « l’absence de concertation avec les compagnies aériennes, et la levée d’un nouvel impôt prélevé sur les passagers pour financer le CDG Express ». Il s’en explique.

 

 

L’utilisation de la ligne 17 du métro (ligne automatique) pour faire passer des navettes « CDG-Express » sans investissement lourd supplémentaire, autre que des trains spécifiques à acquérir, est une solution proposée par le Scara, « mais qui n’a jamais été étudiée », souligne le syndicat.

 

Cette solution est pourtant « plus efficace puisqu’elle s’inscrit dans le maillage du métro et de ses nombreuses possibilités de correspondances, contrairement au projet actuel », poursuit-il. Elle permettrait aussi de mettre en œuvre la ligne 17 jusqu’à Roissy dès 2024, une ligne qui pourrait être empruntée aussi par les personnels travaillant sur la zone aéroportuaire. « Au lieu de quoi, l’arrivée de la ligne 17 à Roissy-CDG est aujourd’hui reportée, au mieux, à 2030 ».

 

Au delà de l’aspect technique, le Scara dénonce également le montage financier du projet du CDG-Express. Son billet est aujourd’hui fixé à 24 euros. Le prix pour deux passagers avoisine le prix d’un déplacement en taxi ou en VTC. « Dans ces conditions, les prévisions de trafic du CDG-Express sont très optimistes, et rendent le projet financièrement non viable autrement que par la mise en place d’un impôt payé par les passagers des compagnies aériennes », conclut le syndicat.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône