TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Malgré les Gilets jaunes, 2018 a été une année record

Deloitte et In Extenso ont dévoilé les tendances 2018 de l'hôtellerie. Le chiffre d’affaires a, ainsi, enregistré une progression très nette de plus de 6%, toutes catégories confondues, confirmant la reprise constatée en 2017.

 

L’an dernier, les hôteliers ont pu capitaliser sur une clientèle d’affaires très présente, un marché congrès/séminaires particulièrement actif et une bonne saison estivale.

 

 

Paris a enregistré plus de 29 millions d’arrivées hôtelières et 60 millions de nuitées. La clientèle étrangère a - c’est une première - dépassé la clientèle française. Les Européens ont représenté plus de la moitié des arrivées internationales, en légère hausse par rapport à 2017.

 

En novembre, et malgré les Gilets jaunes, l’hôtellerie a tenu bon. Les touristes étrangers ont représenté 62% des arrivées jusqu’à la fin du mois, augmentant les prix moyens, comme le taux d’occupation (+2%). Avec une progression de leur revenu par chambre disponible (RevPAR) de +9%, dont 10% sur le milieu de gamme et 20% sur celle du luxe et des palaces.

 

La bonne tenue des résultats a été en partie liée à des événements qui ont attiré de nombreux visiteurs et touristes dans la capitale en novembre, limitant l’impact des manifestations sociales. En revanche, le décrochage est réellement survenu en décembre, freinant la venue des clientèles étrangères, particulièrement américaines et asiatiques.

 

Lorsqu’on observe les performances des régions (+2% du chiffre d’affaires de l’hôtellerie) et, notamment de la Côte d’Azur (+5%), le bilan 2018 peut paraître modeste. D’autant que cette croissance est essentiellement soutenue par l’augmentation des prix moyens.

 

Si un certain nombre d’indicateurs sont favorables à une dynamique de croissance du secteur, des nuages s’amoncellent, et 2019 sera au mieux une année de ralentissement économique à l’échelle mondiale. En raison, par exemple, de la perspective de plus en forte d’un Brexit dur, ou si la crise des Gilets jaunes venait à perdurer.

 

« Au final, l’hôtellerie devrait progresser en chiffre d’affaires de l’ordre de 2,8% à 4,2%. Si la croissance mondiale ralentit, les fondamentaux du tourisme français (intérieur et international) restent bons », selon Olivier Petit, associé In Extenso.

 

L’hôtellerie de luxe devrait tirer le meilleur parti avec une progression d’environ 5% liée à un potentiel d’amélioration de sa fréquentation et de son prix moyen. La reprise affirmée du segment super-économique va se conforter avec une dynamique de +2% à +3% de chiffre d’affaires.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône