TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Haute-Savoie : le ski nordique remonte la pente

Profitant de ses valeurs de simplicité, de découverte et de pratiques économiques, le ski nordique s’apprête à signer une seconde saison record en Haute-Savoie, sous la houlette de l’association Haute-Savoie Nordic.

 

Département reconnu comme l’un des leaders français du ski alpin, la Haute-Savoie n’en dispose pas moins d’un patrimoine conséquent en matière d’activités nordiques. Haute-Savoie Nordic a été créée il y a quarante ans, et fédère 24 domaines et 29 foyers de ski de fond départementaux, «soit la totalité des domaines à l’exception de ceux de Morzine, d’Avoriaz et de Saint-Gervais », précise Charlotte Allier, responsable de la communication.

 

L’équipe de Haute-Savoie Nordic, de g. à d. Dominique Neboit, assistante, Pierre Landini,

responsable et Charlotte Allier, en charge de la communication.

 

 

L’association fonctionne sur une dotation départementale annuelle de 115 000 euros et de la cotisation de ses adhérents pour 125 000 euros. Le reste, soit un peu plus de 200 000 euros, provient des activités propres, commercialisation de séjours et formations dispensées notamment.

 

« Le dernier hiver 2017/2018 s’est terminé sur le chiffre record de 400 000 journées-skieurs et, cet hiver nous devrions établir, sinon un nouveau record, des performances assez proches », table Pierre Landini, responsable de Haute-Savoie Nordic.

 

Séjours en groupes constitués

 

Sur cette activité, 90% représentent des excursionnistes et 10% de séjours d’une durée moyenne d’une semaine, dont certains pour des groupes constitués, comités d’entreprise et scolaires pour l’essentiel.

 

Ces chiffres positionnent le département en haut de la hiérarchie nationale aux côtés de la Savoie et du Jura. Les perspectives à moyen terme sont bonnes. « Les pratiques nordiques vont bien au-delà du ski de fond. Ce sont aussi les raquettes, les balades sur chemins damés… Et, surtout, l’enneigement nécessaire pour le traçage des pistes est moindre que pour le ski alpin », relève Pierre Landini.   

 

Les retombées économiques associées à la pratique du ski nordique sont estimées à huit millions d’euros sur la saison d’hiver. 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône