TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Loin des discours convenus

Présidé par Mumtaz Teker, Pdg du groupe éponyme, qui rassemble les marques Pacha Tours et Rev.Vacances, le congrès annuel des Entreprises du Voyage s’est déroulé du 31 janvier au 3 février à Madère*. L’occasion pour les agents de voyages de découvrir cette destination qui séduit beaucoup de leurs clients, mais que la plupart ne connaissent pas.

 

Avec 430 participants, la fréquentation de cette édition 2019 a été meilleure que la précédente, qui était organisée à Lille. « C’est la qualité de nos débats de l’année dernière, bien relayée, l’attractivité de la destination et aussi les problématiques du moment qui ont été mobilisatrices », justifiait Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage.

 

 En effet, les organisateurs n’ont pas hésité cette année à livrer un plateau attractif composé de séances plénières assez éloignées des discours convenus, et maniant la contradiction. Ce fut le cas, par exemple, sur les questions du sur-tourisme avec l’intervention de Rodolphe Christin, un sociologue ayant commis un ouvrage brûlot sur les conséquences négatives et néfastes du tourisme… Un discours difficile et courageux à tenir devant des agents de voyages, et pourtant fort opportun par les temps qui courent.

 

Ou encore avec des divergences exposées sur la question de la labellisation des clubs de vacances. Ce fut aussi, lors des ateliers l’occasion de profiter du savoir de plusieurs experts sur des sujets sensibles : les attentes de la génération Z, le télétravail, l’avenir de l’aérien…

 

Enfin, le congrès a donné aux Entreprises du Voyage et au Syndicat des Entreprises de Tour-Operating (Seto) l’occasion de situer la conjoncture actuelle, et de constater qu’en dépit de la crise sociale qui touche le pays depuis plus de deux mois, le marché français a fait preuve d’un bon exercice l’an passé, et que les perspectives pour 2019 sont, à ce jour plutôt positives.

 

Quant au choix de la destination pour la prochaine édition, si rien n’a été annoncé, il semblerait que l’alternance entre France et étranger qui prévalait jusqu’alors ne soit plus vraiment d’actualité. « Nous serons davantage sensible à la qualité du pays hôte ou d’une région française, mais il est vrai qu’avec Madère, la barre a été placée à un haut niveau », soulignait Jean-Pierre Mas.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône