TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Isère : quel avenir pour les stations ?

Le département de l’Isère vient de présenter une étude mesurant les perspectives d’enneigement et les impacts sur les ressources de ses stations, à l’horizon 2025 à 2050. Une étude singulière, portant sur 23 domaines skiables (combinant petites, moyennes, grandes et très grandes stations) répartis sur cinq massifs, et qui a été menée d’avril 2017 à octobre 2018. 

 

Côté enneigement, l’analyse montre qu’en 2025, la surface équipée en « neige de culture » passera à 42% répartie sur 18 stations, contre 27% en 2017 sur 14 d’entre elles. Cela permettra peut-être à l’Isère de rattraper une partie du retard que la France enregistre par rapport aux destinations hivernales concurrentes.

 

Jean-Pierre Barbier, président du conseil départemental de l’Isère.

 

 

A eux seuls, les domaines skiables de l’Isère ont enregistré 4,8 millions de journées-skieurs à l’hiver 2017/2018, pour une recette de 123,1 millions d’euros (+ 5% par rapport à la moyenne des quatre dernières saisons). L’Isère est le troisième département touristique de France pour la saison hivernale. 

 

Les stations de sports d’hiver jouent un rôle essentiel dans l’économie touristique du département. La montagne, à elle seule, concentre 60% du chiffre d’affaires annuel des entreprises touristiques iséroises (hôtellerie, remontées mécaniques, loisirs…). La consommation annuelle dans les stations s’élève à près de 500 millions d’euros. 

 

Sur la période 2025 à 2050, relève l’étude,  « il y aura en moyenne moins de neige, moins souvent, moins longtemps, mais elle ne disparaîtra pas totalement ».Dans ces conditions, la fabrication de la neige devient un enjeu économique incontournable. Car si le ski n’est plus la motivation unique des vacances d’hiver, il n’en reste pas moins l’activité cœur de cible. 

 

Sachant que la fabrication d’un hectare de neige nécessite la fourniture de 3000 m3d’eau, le processnécessite de lourds équipements, en matériel de production, mais aussi dans le domaine de la réalisation de retenues d’eau. La capacité de stockage devra être multipliée par deux entre 2018 et 2025. 

 

Au total, sur les 165 millions d’euros qui seront investis dans les cinq prochaines années sur l’ensemble des domaines skiables d’Isère, 47,7 millions le seront dans des installations de neige de culture, dont près de 20 millions sur les aménagements des retenues d’eau. 

 

Selon Domaines Skiables de France, le taux de couverture des domaines skiables français en neige de culture n’est aujourd’hui que de 35%. Il se situe à 70% en Italie, 60% en Autriche, 48% en Suisse…

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône