Les compagnies refusent la hausse des redevances d’ADP

Membres de la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), la Chambre syndicale du transport aérien (CSTA) et la Chambre syndicale de l’assistance en escale (CSAE) annoncent que dans le cadre du Contrat de régulation économique (CRE3) « qui fixe le plafond d'évolution annuelle des redevances aéroportuaires », les compagnies aériennes françaises et étrangères, viennent de rejeter à l’unanimité la proposition tarifaire d’ADP concernant les redevances aéroportuaires de Roissy-Charles de Gaulle et d’Orly pour l’année 2019, soit 2,957% d’augmentation par rapport à 2018.

 

 Sur la période 2015-2017, ADP a augmenté son chiffre d’affaires aéronautique de 8%, soit une moyenne de 4% par an, alors que le trafic passager n’a augmenté en moyenne que de 3% par an sur Roissy-Charles de Gaulle et Orly, souligne la Fnam.

 

La fédération rappelle qu’au-delà de la fiscalité classique des entreprises, « le transport aérien est soumis à de nombreuses taxes et redevances spécifiques » : plus de 20 taxes, redevances et prélèvements, soit 4,8 milliards d’euros en 2017. Ou encore des coûts de sureté, entièrement financés par le secteur, multipliés par six depuis 2000, pour plus de 1,1 milliard d’euros.  « L’accumulation de ces charges, qui pèsent sur les transporteurs nationaux et les passagers, entraîne une perte de compétitivité du pavillon français », poursuit-elle.

 

« Les compagnies aériennes françaises sont plus exposées à l’accumulation des coûts et des contraintes franco-françaises, car elles subissent ces charges pour tous les vols au départ de leurs bases contrairement à leurs concurrents pour lesquels la France n’est qu’un marché parmi d’autres », conclut la fédération.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83