Favoriser le développement de l’œnotourisme

Pour la première fois se sont tenues le 20 novembre les Assises nationales de l’œnotourisme. A cette occasion ont été annoncées 20 actions et mesures en faveur du développement de cette filière.

 

Pour améliorer la qualité de l’offre sera ainsi lancée une démarche d’expérimentation autour d’un classement des expériences œnotouristiques en lien étroit avec les professionnels, tout en renforçant parallèlement les exigences du label Vignobles & Découvertes.  Est également prévue la création d’une fédération de ces destinations labellisées.

 

 

Afin de professionnaliser la filière sont actées la création d’une chaire œnotourisme en lien avec une université ou un établissement de formation professionnelle supérieure français, comme la mise en place d’un collège des formations en matière d’œnotourisme. De plus, un MOOC (formation en ligne) dédié à la filière sera réalisé, tandis que sera réactualisé le Guide de l’accueil en caves réalisé par Atout France.

 

Il s’agira aussi de promouvoir la consommation responsable, qui passera par l’intégration (comme la labellisation) de la notion de « fêtes viticoles responsables » définis par Vin & Société (structure unique en France représentant 500 000 acteurs du vin et de la vigne) au label Vignobles & Découvertes.

 

L’objectif sera également de lever les freins réglementaires au développement, en œuvrant à la définition du concept de vendanges touristiques afin de rassurer les prestataires qui souhaiteraient développer cette activité, mais qui craignent que cette pratique soit assimilée à un travail irrégulier. Il est aussi question de favoriser la compatibilité des normes d’accessibilité avec l’architecture historique des caves et des caveaux, tandis que sera lancée une réflexion sur les conditions de construction des bâtiments à vocation touristique sur des terres agricoles.

 

Pour gagner en compétitivité et attirer plus de clientèles, trois axes ont été définis : intégrer l’œnotourisme dans les grandes enquêtes publiques, doter la filière d’une véritable capacité d’observation et d’intelligence économique, ou encore réaliser une étude des attentes des clientèles étrangères.

 

En termes de promotion, il s’agira d’encourager un fonctionnement inclusif et collaboratif en matière de gouvernance, développer les synergies de l’œnotourisme avec des filières voisines, créer un programme « œnotourisme »  au sein du Comité national des Interprofessions des Vins (CNIV), coordonner un grand événement œnotouristique à l’échelle nationale, ou encore lancer des trophées de l’œnotourisme.

 

Enfin, favoriser la numérisation des entreprises du secteur, mettre en place deux conventions, l’une « cadre » avec les grandes chaînes hôtelières françaises, l’autre autre alliant culture et œnotourisme, dynamiser la distribution en incitant ses acteurs à intégrer davantage la thématique dans leur offre devrait permettre d’amplifier le développement de la filière et d’attirer plus de visiteurs.   

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83