TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Les nouveautés 2019 (et au-delà) du Futuroscope

C’est, à nouveau dans le « Village des Parcs » d’IFTM Top Resa que s’est installé le Futuroscope. Un parc, qui depuis le 1eravril dernier, rappelons-le, a un nouveau président du Directoire en la personne de Rodolphe Bouin (en remplacement de Dominique Hummel). Avec pour bagage professionnel un parcours « 100% Futuroscope » ! Il y a fait ses premiers pas en tant que stagiaire avant de gravir les échelons… 

 

 

Un « nouveau patron » qui s’est fixé un cap : 2025 ! Avec l’objectif d’augmenter la fréquentation sur la base d’un programme ambitieux. «Cette année, le Futuroscope devrait atteindre les 1,9 million de visiteurs, dont 15% de groupes »,précise Pierre Watrelot, responsable des ventes France. Soit 170 000 pax adultes et 150 000 pax scolaires.  Pour un chiffre d’affaires global de 108 millions d’euros.

 

Ainsi, dès avril 2019 seront à découvrir « une base de jeux nautiques, la diffusion d’un film 3D intituléPlanet Power retraçant l’histoire de l’électricité sur grand écran ou encore une exposition consacrée à l’aventure de Bertrand Piccard à bord de son avion propulsé à l’énergie solaire », énumère-t-il. 

 

Avant d’ajouter : «nous proposons toujours aux professionnels du tourisme notre brochure dédiée, dans laquelle sont à découvrir quelques nouvelles offres, en restauration et du côté des ateliers pédagogiques destinés aux groupes de jeunes ».

 

Et puis, en février 2020, les visiteurs pourront découvrir une nouvelle attraction : « Mission Keppler », invitant à un voyage dans l’espace. « Après un pré-show, ils embarqueront à bord d’un « vaisseau » et expérimenteront les phénomènes de l’apesanteur, de la gravité, de la propulsion… », indique Pierre Watrelot. Coût de la nouvelle attraction : 20 millions d’euros. 

 

Fin 2020, cette fois, verra aussi le jour l’attraction « Gravity », un simulateur de saut en parachute installé à l’extérieur du Futuroscope (à proximité de l’entrée du parc).

 

« Et à plus long terme, conclut Pierre Watrelot, il est aussi question de construire un hôtel thématisé comme d’ouvrir un second parc, plus petit », permettant ainsi de doper la fréquentation, aller chercher une clientèle plus lointaine et rallonger la durée des séjours. En d’autres termes : faire du Futuroscope une destination à part entière.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône