• Christian Brohier

Joon dans la tourmente

Un nouveau dossier brûlant sur la table du futur patron d’Air France, Benjamin Smith. En effet, le 18 août dernier, trois syndicats représentant les hôtesses de l’air et stewards de la filiale d’Air France, Joon, ont dénoncé dans un courrier « des conditions de travail pénibles » pour les personnels navigants commerciaux. Certains brandissant même la menace de grève.

Les syndicats dénoncent notamment des plannings d’activité surchargés, des conditions d’hébergement dégradées et des salaires tournant autour de 1500 euros nets, résume le quotidien La Tribune qui s’est procuré le courrier.

De son côté, la direction de Joon reconnaît des dysfonctionnements. Elle met en avant des problèmes « de démarrage »liés à une « compagnie jeune qui a à peine neuf mois d’existence » et affiche sa volonté « d’améliorer les process ».

Rappelons que Joon s’est envolée pour la première fois le 1erdécembre 2017. En six mois, la compagnie a augmenté sa flotte de six à 15 avions.

Par ailleurs, Air France, qui avait transféré vers Joon ses liaisons avec Téhéran, est passée de trois fréquences hebdomadaires à une depuis le 4 août dernier. Et, elle vient d’annoncer qu’elle mettra un terme à cette liaison le 18 septembre prochain « en raison de la faible rentabilité commerciale ».

Une décision qui s’inscrit aussi, sans doute, dans un contexte de retrait américain de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien et d’entrée en vigueur début août de dures sanctions économiques. La compagnie British Airways, qui avait repris ses vols directs entre Londres et Téhéran il y a deux ans, a annoncé, elle aussi, qu’elle les suspendra d’ici un mois.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83