TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

Air France/syndicats : rencontres bilatérales le 8 juin

Air France pourrait à nouveau être impactée par des mouvements de grève lors de la période estivale. Après une réunion qui s’est tenue le 4 juin, l’Intersyndicale a menacé la direction d’un « été houleux »si les revendications n’étaient pas acceptées ou pour le moins entendues. 

 

Aucune autre communication ne sera faite avant vendredi 8 juin prochain, date à laquelle sont programmées des rencontres bilatérales entre la présidente par interim, Anne-Marie Couderc, nommée le 15 mai dernier à la suite de la démission de Jean-Marc Janaillac, et les syndicats représentatifs de la compagnie aérienne. 

 

Dans un courrier publié par BFMTV invitant les syndicats à ces rencontres, Anne-Marie Couderc ajoutait : « outre la mission qui m'a été confiée de proposer dans les meilleurs délais au conseil d'administration une gouvernance définitive pour le groupe, je souhaite comme vous qu'Air France retrouve au plus vite une dynamique constructive dans l'intérêt de ses salariés mais aussi de ses clients».

 

Les 15 jours de grève menés par l’intersyndicale entre le 22 février et le 8 mai ont déjà eu un coût estimé à près de 400 millions d’euros pour Air France. Un montant qui pourrait à nouveau s’alourdir si une nouvelle grève était menée en période estivale.

 

Le tourisme d’affaires pénalisé

 

Les grèves combinées d’Air France et de la SNCF « ont particulièrement pénalisé le tourisme d’affaires et le secteur événementiel en France, ainsi que certaines capitales régionales », indique-t-on au Quai d’Orsay. 

 

« Plus que le tourisme de loisirs, c’est le tourisme d’affaires qui est le plus touché, relève Roland Héguy, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih). On a constaté un arrêt net et significatif depuis le début de la grève, et qui va en augmentant car les entreprises ne souhaitent pas prendre de risques ».

 

Selon les estimations du cabinet spécialisé MKG Consulting, le secteur français de l’hôtellerie a subi un manque à gagner de plus de 100 millions d’euros depuis début avril. 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône