L’intersyndicale d’Air France ne lâche pas

Hier, mardi 8 mai, l’intersyndicale d’Air France a demandé à la direction une reprise des négociations sur les salaires, sans lancé de nouvel appel à la grève.  Elle prévient cependant que « le conflit est toujours en cours ».

 

Le départ annoncé de Jean-Marc Janaillac, PDG de la compagnie, « ne règle en rien la problématique soulevée », a indiqué l’intersyndicale, qui réclame toujours une hausse de 5,1% des salaires.

 

De son côté, Jean-Marc Janaillac dénonce l’attitude du SNPL à son égard pour avoir « voulu délibérément créer une situation de blocage », et pointe la responsabilité du SNPL dans ce conflit. Un dernier tract diffusé par ce dernier accusait le Pdg d’être « une marionnette de l’Etat ». Jean-Marc Janaillaca réagi en soulignant que l’Etat ne lui a pas « ordonné de proposer un gel des mesures », ni demandé « une consultation de l’ensemble des salariés d’Air France ». 

 

Le Pdg d’Air France/KLM doit formaliser sa démission lors du conseil d’administration qui se tiendra le 15 mai prochain. En attendant, sans pilote dans l’avion et en pleine zone de turbulences, l’avenir d’Air France est en jeu. Malgré les bons résultats affichés par la compagnie, elle reste fragile face à la vive concurrence apportée par les low cost et les compagnies du golfe. 

 

« Si Air France ne fait pas les efforts de compétitivité nécessaire qui permettront à ce fleuron national d’être au même niveau que Lufthansa ou que d’autres compagnies aériennes mondiales, Air France disparaîtra », a averti Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, qui annonçait parallèlement que « l’Etat n’épongerait pas les dettes d’Air France ».

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Please reload

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83