• Jean-François Bélanger

Marseille-Provence investit un demi milliard d’euros

L’aéroport de Marseille-Provence, qui a battu son record de fréquentation historique en 2017, se sent pousser des ailes. La société Aéroport Marseille-Provence a prévu d’engager 500 millions d’euros dans les dix prochaines années pour le rendre plus attractif à ses passagers et à de nouvelles compagnies.

Avec le franchissement du cap symbolique des neuf millions de passagers, Aéroport Marseille-Provence a franchi un nouveau palier, et ne veut pas en rester là, au moment de l’ouverture du capital de sa société d’exploitation, la prochaine sur la liste après Toulouse, Nice et Lyon.

A ce jour, le capital d’Aéroport Marseille Provence reste détenu par l’Etat (60%), la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (25%), le conseil régional Sud Provence-Alpes-Côte-d’Azur, le département des Bouches-du-Rhône avec la métropole de Marseille et la ville de Vitrolles (5% chacun).

Après les 40 millions d’euros investis l’année dernière, 46 millions le seront en 2018, avec notamment le début des travaux de l’extension du terminal 2, dont la totalité sera livrée l’an prochain : deux nouveaux postes avion, deux nouvelles salles d’embarquement et l’extension de six autres. Selon Aéroport Marseille-Provence, le faible niveau d’endettement permet d’envisager sereinement la recherche de financements externes, tout au moins à hauteur de 100 millions d’euros, pour la première tranche, d’ici 2023.

Des espaces pour les groupes

Pour les groupes, l’aéroport souhaite aussi accompagner l’engouement que rencontre ici le secteur de la croisière. Un espace pour le stationnement de six à sept autocars est prévu pour réceptionner leurs passagers, et les acheminer vers les terminaux maritimes. « Ils peuvent aussi servir pour d’autres destinations », précise Denis Corsetti, directeur des Opérations d’Aéroport Marseille-Provence.

De même, l’accessibilité de la plateforme va être améliorée. A ce jour, un million de passagers arrivent en transport en commun. Un projet de site propre, dont la Métropole est maître d’ouvrage, est prévu à l’horizon 2022 pour rapprocher la gare TER de Vitrolles des aérogares.

La stratégie de développement repose sur trois axes, selon Denis Corsetti : « l’augmentation de fréquences à destination des grands hubs européens, le développement de nouvelles liaisons, notamment à destination des pays de l’Europe du Nord, et le développement des liaisons long-courrier », un secteur particulièrement fragile pour les aéroports des provinces françaises. « L’arrivée de nouveaux appareils de capacité intermédiaire, tels que l’A350, peut ouvrir de nouvelles opportunités », observe Denis Corsetti. L’objectif étant d’atteindre les 11 millions de passagers, dans un premier temps, en 2025.

Denis Corsetti, directeur des Opérations d’Aéroport Marseille-Provence.

Nous suivre
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83