TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

FOCUS

Agences de voyages et voyagistes

Catherine Mautalent

Fin janvier, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) donnait un coup de projecteur sur l’activité des agences de voyages et des voyagistes. Synthèse.

Un secteur en mutation

 

Premier constat : la distinction entre ces deux métiers est devenue plus floue puisque des agences de voyages conçoivent elles-mêmes leurs offres, tandis que des voyagistes profitent du développement du e-tourisme et vendent en direct leurs produits au client final.

 

Autre constat : les entreprises s’adaptent au contexte économique en se restructurant : prise de participation, fusion, création de filiales à l’étranger pour se rapprocher des clients. Ainsi, en moyenne, sur cinq ans, les sociétés concernées par une restructuration représentent 12% du chiffre d’affaires du secteur, contre 7% pour l’ensemble des services marchands.

 

Faible valeur ajoutée et nombreux emplois

 

En 2016, les 4800 structures du secteur employaient 28 000 salariés en équivalent temps plein. Hors taxes, elles ont réalisé 11,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 1,6 milliard d'euros de valeur ajoutée, soit moins de 2% de l'ensemble des services marchands.

 

Le taux de valeur ajoutée est faible, même très inférieur à celui de l'ensemble des services marchands, en raison notamment de la nature des activités (assemblage de prestations, revente clé en main). Après une baisse de six points de 2010 à 2011, le taux de marge s’est redressé depuis 2013 pour atteindre 8% en 2016. Il reste très inférieur à celui de l'ensemble des services marchands (28%). En cause : la forte part des frais de personnel, liée au poids des emplois dans la valeur ajoutée et à un moindre besoin d'investissement.

 

Un secteur dynamique, sensible à la conjoncture

 

En moyenne annuelle, le chiffre d'affaires du secteur a augmenté de 3,1% en valeur entre 2000 et 2016, contre + 3,7% pour l'ensemble des services marchands. Cette moindre croissance s'explique par le fort impact de la crise économique de 2008. En effet, l'activité a baissé de 4,3% en moyenne par an entre 2008 et 2011 (+ 2,7% pour les services marchands), les dépenses en voyages et autres activités de loisirs n'étant pas prioritaires.

 

Avant et après cette période, l’activité du secteur a été très dynamique : +5,9% de croissance moyenne annuelle entre 2000 et 2008 (1,2 point de plus que dans l'ensemble des services marchands) et +3,4% entre 2011 et 2016 (0,8 point de plus). En 2017, elle se poursuivait au même rythme que dans l'ensemble des services marchands.

 

Une forte part d’entreprises appartenant à un groupe

Les structures de dix à 249 salariés sont très présentes : elles réalisent la moitié du chiffre d’affaires du secteur, contre un tiers dans les services marchands. A l’inverse, celles de moins de dix salariés, pèsent très peu économiquement. Elles sont, pour beaucoup, organisées en franchise.

 

Un quart des structures appartient à un groupe de sociétés, contre seulement 7% dans les services marchands. Elles génèrent à elles seules plus des trois quarts du chiffre d’affaires ou de la valeur ajoutée du secteur. Le taux d’appartenance à un groupe croît avec la taille de la structure : celles de 250 salariés ou plus appartiennent toutes à un groupe, contre 70% de dix à 249 salariés et seulement 18% de moins de dix salariés.

Plus de la moitié des structures appartenant à un groupe font partie… d'un groupe spécialisé dans la même activité. Elles ont un poids économique prépondérant, en réalisant 68% du chiffre d’affaires de l’ensemble des entreprises du secteur dépendant d'un groupe. Les autres sont dans un groupe, dont les activités dominantes sont les activités récréatives et de loisirs, le transport routier de voyageurs, les hébergements touristiques ou le commerce en supermarchés ou hypermarchés.

Un chiffre d’affaires porté par la conception de voyages

L’activité est peu diversifiée : 98% du chiffre d'affaires est réalisé dans la conception de voyages, la vente de voyages, de vols et d'hébergements. Les autres activités sont l'événementiel ou encore l'hébergement touristique. Le secteur est également peu concurrencé par des entreprises d'autres secteurs, excepté quelques résidences de tourisme ou sociétés de transport.

Cœur de métier du voyagiste, la conception de voyages génère plus des deux tiers du chiffre d'affaires du secteur. Ces voyages sont vendus à parts égales à d’autres entreprises ou directement au client final. Les 30% restants concernent la vente de voyages organisés par des tiers, la vente de transports et d'hébergements seuls et la billetterie. Les ventes de voyages conçus destinés au client final se partagent équitablement entre voyages à destination de l'Union européenne et ceux hors UE.

Les premiers clients sont des entreprises

Enfin, la moitié du chiffre d'affaires des agences de voyages et voyagistes provient d'une clientèle d'entreprises, dont 10% du même groupe de sociétés. L'autre moitié se partage entre les particuliers (46%) et les administrations ou les collectivités locales (4%). La très grande majorité du chiffre d'affaires est réalisée avec une clientèle résidant en France (88%), 8% avec une clientèle résidant dans l'Union européenne (hors France) et 4% hors UE.