TG Press - 9 rue du Gué - 92500 Rueil-Malmaison - Contact : pcossard.tgpress@gmail.com - 07 81 19 89 83

AEROPORT

Bordeaux a performé en 2018

L'aéroport de Bordeaux a terminé l'année 2018 par un nouveau record de trafic, en enregistrant 6,799 572 millions de passagers, un an seulement après avoir franchi le cap symbolique des six millions.

 

En gagnant 576 000 voyageurs supplémentaires, 2018 a représenté la meilleure performance enregistrée sur la plateforme bordelaise. Dès l'été, le nombre de passagers avait doublé par rapport à 2009 annonçant une neuvième année de croissance continue.

 

Si on isole le trafic des liaisons sur Paris (Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle), compte tenu du contexte de concurrence ciblée par la SNCF sur la LGV, la croissance de l'aéroport de Bordeaux a été de +17,8% (soit 839 000 passagers supplémentaires), signant la meilleure croissance depuis la création de la société aéroportuaire.

 

Un dynamisme soutenu par le marché international de près de 3,8 millions de passagers, soit plus de la moitié des voyageurs et une hausse

de +21,2%. Ce développement a été considérablement porté par les vols low cost, qui n’ont cessé de croître pour atteindre une croissance record de +22,1%.

 

Au pic de la saison estivale, l'aéroport de Bordeaux a desservi un nombre inégalé de 99 destinations directes dont 27 nouvelles. L'ensemble de ces lignes a été opéré par 31 compagnies aériennes, dont deux nouvelles en 2018 : Swiss et Air Baltic.

 

L'internationalisation des lignes au départ de Bordeaux s’est inscrite dans la durée et a représenté 80% des nouveautés 2018. Les hubs intercontinentaux se sont renforcés. Air France a maintenu ses six vols journaliers vers Roissy-Charles de Gaulle et ses dix fréquences quotidiennes vers Paris-Orly. Le groupe Lufthansa a poursui sa stratégie de développement vers les hubs de Francfort, Zurich et Bruxelles. Avec plus de 13 plateformes de liaisons internationales en vol direct, le voyage en connecting est de plus en plus performant au départ de Bordeaux.

 

Pour autant, le nombre de mouvements d'avions n’a crû que de 4% illustrant, cette année encore, que la croissance est portée par des avions capacitaires (de 150 à 200 sièges).

Catherine Mautalent